Les cahiers de Serge Bonnery

Poèmes

Derniers textes publiés :

  • Destinées secondaires, dans Poèmes, le 26 septembre « Nous prendrons possession du monde » Paul Eluard Nous prendrons, oui, possession du monde Nous le prendrons à bras le corps Le cueillerons tel un fruit Un lys sur la muraille Nous en ferons des tresses dans les cheveux d’enfants Et du silence au bout de nos caresses Nous tisserons le ciel Toute chose s’illumine et s’achève dans le ventre du monde Il n’est qu’une prière (...)
  • Inachevé, dans Poèmes, le 22 septembre Un homme court après ses dires Demeurent dans le ciel Silencieuses Les traces ultimes de constellations qui même échappent à ses pensées Le monde change et avec lui ses gestes Ne serions-nous que vacuité ? Poussière ? Trace d’inachevé ? L’arbre à son tour fait mystère des guerres et des amours gravées Que savons-nous des craquements de son écorce ? Du bruissement de feuilles (...)
  • La souterraine, dans Poèmes, le 18 septembre Dans la campagne humide où dorment les ormeaux Elle se donne au jour Elle vit l’hiver de feuilles sèches L’été le ciel sur les épaules Parmi les connivences solaires Le bois vert aux narines La terre fraîche sous ses pieds Le raisin toujours au palais Son ailleurs lui épargne le pire Dans le tout déserté où dorment les (...)
  • Les regrets, dans Poèmes, le 24 août Je voudrais, à chacun de mes pas, croiser à nouveau le regard du sauvageon édenté, élevé à la dure par de lointains parents et qui, menton posé sur mon épaule, m’épie, à l’affût de quelque sérénité flottante Ancré dans ma mémoire, le visage pâle du mourant bientôt fera signe de l’autre côté de la rive où le passeur de l’embouchure l’aura conduit, sa barque glissant sur l’eau, silhouette (...)
  • Pensée, dans Poèmes, le 26 juin quelques fleurs parmi les ronces jonglent avec la fureur des moissons le soir à la lueur d’une étreinte me voici lisant et relisant les quelques mêmes vers répartis au hasard de la page parmi des cohortes de coccinelles je ne crois pas à ce qui m’arrive ou plutôt je ne le réalise pas vous m’avez seulement rêvé traversant un paysage nu de lumière et de vent tandis que je fuyais à (...)
  • Absence, dans Poèmes, le 18 mai Le voici Dressé Devant toi Hérissé De révoltes Demain Sera toujours Le lendemain Du rêve Il n’atteint pas la rive Il dérive Emporté S’enivre D’utopies La main sur la rime Toujours recommencée Le doigt tendu Vers l’inconnu Le manque Le trou noir Et l’absence Et la nue
  • Heure, dans Poèmes, le 16 mai Nous sommes déjà morts et ne le savons pas. Nous avons cru consommer le bonheur qui se peut espérer en une vie de labeur et de larmes. Nous avons arpenté des terres incongrues, compté leurs ceps, vendangé nos défaites et fait l’amour à l’ombre des figuiers. Nous avons peu reçu en retour de nos plaies. Dieu nous a séparés. Notre heure n’est jamais (...)
  • La vérité s’efface, dans Poèmes, le 18 avril A force de travail la mer rompt les amarres la ville lumineuse et sombre s'éloigne broyeuse d'âmes et de lampions nous la voyons s'évanouir tandis que sur les quais errent encore de rares silhouettes ne tenant qu'à l'infime de leur vie intérieure dont nous ne saurons rien tant nous échappe la consistance de l'Etre attachée à la morsure de sa disparition la vérité s'efface sous (...)
  • Poème hétéroclite, dans Poèmes, le 9 février Nuées dévoreuses d’insectes et vous serpents de mers dans la crainte du hâle Lunes fatales courses maladives et phrases creuses comme des assiettes à soupe dans un évier de crabes Le cœur ne bat plus l’heure est au regain des halètements fauves la nuit s’envenime dans les oraisons sourdes des prisons Où la vengeance ? Où l’errance vaine ? Où les derniers fragments d’Héraclite ? (...)
  • Incomplétude, dans Poèmes, le 16 décembre 2016

    Dans les miroitements.

    Chaque jour nous ramène à nos incomplétudes comme on terre le ciel aux portes du désert La gorge déployée des vastes platitudes hurle son désespoir aux rives de l'enfer Le corps disséminé perclus de solitude mêle au sang des amants le culte de l'amer que lèchent quelques chiens à force d'habitude dans le miroitement des pulpes et des (...)

|