Les cahiers de Serge Bonnery

Joë Bousquet

Derniers textes publiés :

  • Un dialogue ininterrompu, dans Joë Bousquet, le 22 septembre 2018

    Joë Bousquet et la philosophie

    « Je crois que l’homme entier contient dans son âme un être majeur antérieur à toute expérience et que les faits éveillent en l’arrachant au rêve qu’ils étaient en lui ». Joë Bousquet (Le meneur de lune) La main de Joë Bousquet (détail) Le 27 mai 1918 à Vailly-sur-Aisne, le lieutenant Bousquet tombe sur le champ de bataille, fauché par une balle qui l’atteint « en pleine poitrine, à deux (...)
  • A Marseillens, dans Joë Bousquet, le 21 novembre 2014 Deux paragraphes en forme de poème en prose, extraits du récit d'un retour sur les lieux de l'enfance à lire en intégralité dans le livre de Joë Bousquet, L'homme dont je mourrai, publié aux éditions Rougerie. J’examinais en silence les arbres et les ruines, ou les escaliers disjoints qui unissaient les étages de ce parc accidenté, et parfois, j’abaissais une paupière pour (...)
  • Retour à Marseillens, dans Joë Bousquet, le 21 novembre 2014 Un souvenir d’enfance de Joë Bousquet « Un noyau d’enfance demeure toujours blotti en nous, il ne perd jamais ses couleurs, il se dilate à mesure que nous vieillissons. Nous avons pris l’habitude d’installer notre vie au milieu des paysages d’où nous fûmes un jour arrachés. Joë s’était fait un cœur à Marseillens, il porte sur ses lèvres les fleurs d’acacias qu’il mâchait, jadis. C’est (...)
  • Chat expirant (récit de rêve), dans Joë Bousquet, le 17 novembre 2014 Avant texte Le texte ci-dessous est extrait du volume Le pays des armes rouillées publié aux éditions Rougerie. Il est typique des récits de rêves tels que Joë Bousquet avait pris l'habitude de les collectionner dès ses premiers pas d'écrivain, dans les années 24-28, lorsqu'il se situait dans la mouvance surréaliste dont Paul et Gala Eduard lui avaient ouvert les portes. Il est (...)
  • Vie de Joë Bousquet, dans Joë Bousquet, le 17 novembre 2014 Joë Bousquet (1897-1950). Poète. Né à Narbonne le 19 mars 1897, Joë Bousquet a toujours vécu dans l’Aude, partagé entre sa chambre aux volets clos du 53 rue de Verdun à Carcassonne, La Palme où son grand-père était viticulteur et La Franqui en été ainsi que la propriété familiale de l’Evêché à Villalier acquise par son père. Enfant, il avait également vécu à Marseillens, aux portes de (...)
  • Sur Jean Camberoque, dans Joë Bousquet, le 16 novembre 2014 Dans cet extrait d'un cahier inédit daté de 1946, Joë Bousquet évoque le peintre carcassonnais Jean Camberoque qui a réalisé des portraits de Joë Bousquet ainsi qu'une gravure utilisée notamment pour la première édition de La Connaissance du Soir dans la collection Poésie-Gallimard. Jean Camberoque a fréquenté assidûment la chambre de Joë Bousquet jusqu'à la mort du poète en 1950. Il (...)
  • L’oiseau-cerise (inédit), dans Joë Bousquet, le 16 novembre 2014 Un feuillet extrait d’un manuscrit autographe de 37 pages intitulé « Clair de lune. Le crieur d’eau douce ». Jolies, les pétasses [23], au point que le jour paraissait plus coupable qu’elles : l’une ressemblait à un petit cheval de verre [24], l’autre était appelée l’oiseau-cerise [25] par les vauriens qu’elle apprenait à danser. Sa voisine évoquait le mariage d’une abeille. « Elles (...)
  • Jacques Roubaud se souvient, dans Joë Bousquet, le 16 novembre 2014 Lors de la parution des Lettres à une jeune fille (éditions Grasset) - correspondance jusqu'alors inédite de Joë Bousquet - Le Figaro a demandé un article au poète Jacques Roubaud. Originaire de Conques-sur-Orbiel, dans l'Aude, Jacques Roubaud a visité Joë Bousquet plusieurs fois dans sa chambre du 53 rue de Verdun à Carcassonne. Joë Bousquet entretenait des liens avec son père, (...)
  • Nelli - Bousquet : une amitié élective, dans Joë Bousquet, le 5 novembre 2014 Ce texte a été écrit en septembre 2013 pour la revue La Sœur de l'Ange (éditions Hermann) dont la parution du numéro 14 consacré à René Nelli a pris du retard. Le voici donc, en avant-première en attendant qu'il rejoigne sa destination initiale en édition papier. De gauche à droite : Joë Bousquet, Jean Ballard, Gaston Massat et Germaine Ballard. Une réunion des Cahiers du Sud à (...)
  • « Mon capitaine et mon maître », dans Joë Bousquet, le 7 juillet 2014 Joë Bousquet sur le champ de bataille Joë Bousquet (ici en uniforme de lieutenant) - Collection particulière La scène, telle que la raconte Joë Bousquet, se passe dans sa chambre dont les murs sont tapissés de tableaux, pour la plupart d’inspiration surréaliste. Le poète est recouvert d'un "vaste édredon noir" que Marie, la servante, a jeté sur son lit. "Couleur funèbre", (...)

|