Les cahiers de Serge Bonnery

Poésie/s

Derniers textes publiés :

  • Verlaine et Rimbaud arythmiques, le 7 mars

    Huit poèmes hendécasyllabiques.

    Le printemps 1872 est l'une des saisons les plus fécondes dans la vie de Rimbaud. Il en rêvait. Il l'a fait. Depuis septembre 1871, il est installé à Paris où il peut se consacrer sans entrave à l'écriture de ses poèmes. La plupart du temps, il partage ses jours et ses nuits avec Verlaine qui ne quittera définitivement le domicile conjugual que le 7 juillet suivant. Verlaine et (...)
  • Les huit poèmes de Rimbaud à Verlaine, le 5 mars

    "Venez, chère grande âme..."

    Dans les premiers jours de septembre 1871, Arthur Rimbaud envoie de Charleville deux lettres à Paul Verlaine dont il a lu l'année précédente le recueil Les fêtes galantes. " J'ai les Fêtes galantes de Paul Verlaine, un joli in-12 écu. C'est fort bizarre, très drôle ; mais vraiment, c'est adorable… ", avait-il écrit le 25 août 1870 à son professeur Georges Izambard. Verlaine et (...)
  • Jules Supervielle : Sonnet, le 21 avril 2017

    L’invention poétique, un ancrage territorial.

    Adepte d’un vers que l’on dira libre ou libéré dans la plupart de ses compositions poétiques, Jules Supervielle s’est aussi parfois conformé aux règles de la prosodie en adoptant dans certains de ses textes les vers dits classiques ou réguliers. Il lui arrive d’en glisser au milieu de vers libres, instaurant une cohabitation harmonique et heureuse entre deux traditions de l’écriture (...)
  • Alex Susanna : deux poèmes de Venise, le 21 novembre 2016

    "Notre regard tombe sur la terre obscure..."

    [Alex Susanna est professeur de lettres à l'université. Poète, critique et traducteur, il a dirigé les éditions barcelonaises Columna et a été également directeur artistique de l'institut Ramon Llul de Barcelone. Il a également dirigé la fondation Caixa de Catalunya avant de devenir, entre 2009 et 2011, le directeur culturel des programmes sociaux de la Caixa de Catalunya à La (...)
  • Leonard Cohen : "Sur les lances du vent...", le 11 novembre 2016

    "Que la nuit doucement..."

    [Léonard Cohen (1934-2016) - Les mots du poète demeurent] Chanson (...) Et que la nuit doucement prenne soin d'elle que d'en haut les étoiles préservent la blancheur de sa chair découverte Et que toujours mon nom de bronze puisse toucher ses mille doigts que ses pleurs le rendent plus éclatant qu'enfin je sois fixé comme une galaxie et ma mémoire gardée dans ses cieux secrets (...)
  • Michel Deguy : Prose du suaire, le 10 novembre 2016

    "A quoi bon les poètes demandaient les penseurs..."

    [Extrait de La vie subite, éditions Galilée, 2016 - Le poème est dédié à Abdelwahad Meddeb, écrivain et poète franco-tunisien mort à Paris le 5 novembre 2014. Il enseignait la littérature comparée à l'université de Paris X et animait l'émission Cultures d'islam sur France Culture] Prose du suaire Abdelwahad Meddeb La mort sur le lit te défigure Elle est partout à la place du corps Ton (...)
  • Alexandre Blok : Chant de l’Enfer, le 6 mars 2016

    "Je n’aime que l’art, les enfants et la mort..."

    Le monde terrible est placé en tête du troisième (et dernier) livre de poèmes d’Alexandre Blok, couvrant les années 1907-1916. Les poèmes du recueil ont été eux-mêmes écrits entre 1909 et 1916, soit la quasi totalité de la période. Le monde terrible s’ouvre par un poème à la muse noire qui n’est pas sans rappeler celle de Baudelaire. Nous sommes tout de suite mis en présence du « présage (...)
  • René Crevel : Place de la Concorde, le 30 juin 2015

    "Concorde mon univers / je sais enfin comment vivre..."

    René Crevel a traversé comme une comète l'univers surréaliste. Ayant d'abord manifesté à son égard une certaine méfiance, il a finalement adhéré au groupe d'André Breton après avoir constaté que « le surréalisme était le moins littéraire et le plus désintéressé des mouvements » [5]. Né le 19 août 1900 « de parents parisiens, ce qui lui permet d'avoir l'air slave » [6], René Crevel a mené (...)
  • Vigny : Le Mont des Oliviers, le 22 avril 2015

    "Avant le dernier mot ne ferme pas mon livre !
"

    Circonstances. Le poème paraît pour la première fois dans la Revue des Deux Mondes du 1er juin 1843 sous la rubrique intitulée "poèmes philosophiques". La strophe du Silence ne figure pas dans cette édition originale. Elle est d’une rédaction plus tardive. Selon toute vraisemblance, elle a été composée par Alfred de Vigny au printemps de 1863 au moment où il élabore le plan de son (...)
  • Robert Rius : la révolte et la révolte, le 13 mars 2015

    "... tranquille indépendance des nuits..."

    Né à Château-Roussillon, près de Perpignan, le 25 février 1914, Robert Rius a été assassiné par la gestapo le 21 juillet 1944 dans la forêt de Fontainebleau, aux côtés de vingt autres martyrs de la Résistance, après avoir été sauvagement torturé. Poète surréaliste, principal animateur des éditions clandestines de La Main à Plume, secrétaire d'André Breton, Robert Rius avait choisi (...)

|