Les cahiers de Serge Bonnery

Un été 14

Derniers textes publiés :

  • Un été 14 # Episode 12, dans Un été 14, le 30 août 2014 « Personne ne peut savoir... » 24 août (soir) Depuis le départ de Charles, je n’ai plus rien écrit dans ce cahier. Une torpeur s’est emparée de la maison. Elle nous a tous tétanisés. Adèle a perdu son entrain. Mes mains se sont alourdies. Elles ne courent plus aussi vite qu’avant sur le clavier du piano. Et je n’ai plus le cœur au chant. Papa a vaincu le sentiment d’abandon qui (...)
  • Un été 14 # Episode 11, dans Un été 14, le 29 août 2014 Une image de la France Dimanche 2 août (soir) Quand nous sommes arrivés, en fin de matinée, ce n’était pas la liesse dans Perpignan. Il régnait plutôt sur ce dimanche de fin d’été une atmosphère de gravité. Les rues étaient désertes. On aurait dit que les gens s’étaient cloîtrés pour éloigner la menace qui pesait sur eux depuis que, la veille, les affiches de mobilisation avaient été (...)
  • Un été 14 # Episode 10, dans Un été 14, le 26 août 2014 A cause de la guerre... Samedi 1er août (au milieu de la nuit) Nous n’irons pas au théâtre le 16 août pour assister à la représentation de La Fille de Roland. Nous nous faisions tous une joie d’aller au spectacle mais les circonstances, je le crains, ne le permettront pas. Nous rentrerons à Perpignan, tout à l’heure, a décidé papa. Charles doit obéir à l’ordre de mobilisation. (...)
  • Un été 14 # Episode 9, dans Un été 14, le 19 août 2014 « Le tocsin mon fils, le tocsin… » 1er août (soir) Le malheur nous est tombé dessus vers quatre heures de l’après-midi, quand les cloches d’Amélie se sont mises à sonner brusquement, à toute volée. On n’entendait qu’elles, heurtant à coups de marteaux répétés le silence d’une journée ordinaire. J’étais dans ma chambre lorsque le vacarme a commencé. J’ai descendu les escaliers quatre à (...)
  • Un été 14 # Episode 8, dans Un été 14, le 17 août 2014 « Ils ont tué Jaurès ! » 1er août (fin de matinée) Une grande agitation règne dans la maison depuis ce matin. A vrai dire, elle n’a cessé d’augmenter ces derniers jours. Papa a effectué des allées et venues inhabituelles entre Perpignan et Amélie où il est rentré dormir fort tard chaque soir. J’ai surpris plusieurs fois des chuchotements dans le salon, comme si l’on souhaitait me (...)
  • Un été 14 # Episode 7, dans Un été 14, le 14 août 2014 « Ils ne nous prendront pas notre Charles ! » Dimanche 26 juillet (après-midi) Tandis qu’une méchante crise d’asthme m’a cloué au lit pendant une bonne semaine, me privant des soins que je dois suivre aux thermes et des promenades qui s’ensuivent, j’éprouve de plus en plus le sentiment qu’il se passe des choses graves dans le monde. Mon frère Charles est arrivé hier de Montpellier (...)
  • Un été 14 # Episode 6, dans Un été 14, le 13 août 2014 Mme Heonnet est de retour 21 juillet (peu avant midi) Tandis que papa tente de prendre quelque repos tout en se rendant chaque jour, avec la ponctualité d’un métronome, à l’hôpital militaire où il discute avec ses collègues et les soldats en convalescence de la situation internationale, maman manifeste depuis ce matin une agitation inhabituelle et fait régner dans la maison une (...)
  • Un été 14 # Episode 5, dans Un été 14, le 7 août 2014 L’éclairage au soleil 19 juillet (matin) Vivement le dimanche 16 août ! En rentrant de l’hôpital militaire avec, sous le bras, le dernier numéro d’Amélie Journal, papa nous a annoncé avec emphase : le 16 août, nous irons au théââââââtre ! Le journal annonce en première page la représentation, au théâtre de plein air, d’une œuvre dramatique d’un certain Henri de Bornier : La Fille de (...)
  • Un été 14 # Episode 4, dans Un été 14, le 1er août 2014 Du côté de chez Proust 17 juillet (soir) « Un temps de chien ! », s’est écrié papa en ôtant dans le vestibule son pardessus trempé. Il a plu toute la journée d’hier, sans discontinuer, une pluie régulière, délicate et fine, comme un rideau de tulle ondulant sous le vent, légère et silencieuse. Adèle s’est précipitée pour sécher ses vêtements, ajoutant un décisif « c’est l’automne » au (...)
  • Un été 14 # Episode 3, dans Un été 14, le 28 juillet 2014 Les suites d'un crime... 15 juillet (matin) Je le savais ! Adèle a cuisiné hier midi un excellent gigot de nos montagnes dont papa a salué la tendresse et le goût. « Tendre comme de l’eau, Adèle ! », s’exclama-t-il dès la première bouchée, appuyant ses félicitations d’un geste de la main droite que nous lui connaissons bien, le pouce et l’index ramenés l’un contre l’autre et pivotant (...)

|