Les cahiers de Serge Bonnery

Jaume Saïs

Derniers textes publiés :

  • L’âme des oiseaux (III), dans Jaume Saïs, le 3 octobre

    "Un rêve de femme perdu sur les falaises..."

    L’âme des oiseaux est le premier livre publié par Jaume Saïs. Livre autobiographique explique l’auteur. « Les oiseaux, dit-il, ont toujours fait partie de ma vie ». Jaume ses souvient : « Mon père volait des nids dans les arbres, pendait une cage sur place. Les parents les nourrissaient à travers les barreaux. Il les ramenait ensuite à la maison. Des serins, chardonnerets ou (...)
  • L’âme des oiseaux (II), dans Jaume Saïs, le 1er octobre

    "Joséphine... Je n’ai jamais su ton âge".

    L’âme des oiseaux est le premier livre publié par Jaume Saïs. Livre autobiographique explique l’auteur. « Les oiseaux, dit-il, ont toujours fait partie de ma vie ». Jaume ses souvient : « Mon père volait des nids dans les arbres, pendait une cage sur place. Les parents les nourrissaient à travers les barreaux. Il les ramenait ensuite à la maison. Des serins, chardonnerets ou (...)
  • L’âme des oiseaux (I), dans Jaume Saïs, le 28 septembre

    "Les oiseaux ont toujours fait partie de ma vie..."

    L'âme des oiseaux est le premier livre publié par Jaume Saïs. Livre autobiographique explique l'auteur. « Les oiseaux, dit-il, ont toujours fait partie de ma vie ». Jaume se souvient : « Mon père volait des nids dans les arbres, pendait une cage sur place. Les parents les nourrissaient à travers les barreaux. Il les ramenait ensuite à la maison. Des serins, chardonnerets ou (...)
  • "Ma démarche est avant tout poétique", dans Jaume Saïs, le 26 septembre

    Entretien sur l’art et la pratique de la photographie.

    Tango - Photo Jaume Saïs Qu’est-ce qui, dans ton parcours personnel, t’a amené à la photographie ? Jeune, je devais avoir quinze ou seize ans, j’avais envie de faire les Beaux-arts. Mes parents n’ont pas pu m’accompagner dans cette démarche. C’est comme ça… Que ce soit la lecture ou n’importe quelle approche de l’art, je me suis fait tout seul. J’ai ouvert les yeux. J’ai découvert. (...)
  • Bien au-delà de l’œil, dans Jaume Saïs, le 26 septembre

    La photographie... "comme une évidence".

    Jaume Saïs lisant (photo sb) Lorsque j’ai rencontré Jaume Saïs pour la première fois, c’était dans le Taller d’André Robèr à Ille-sur-Têt [4], il ne tenait pas dans ses mains un appareil photographique mais un livre. Je crois me souvenir qu’il s’agissait d’un volume des poésies complètes d’Alain Borne dont nous sommes, lui et moi, de fervents lecteurs. « Que l’on m’enterre sous n’importe (...)