Les cahiers de Serge Bonnery

Sur la langue

Derniers textes publiés :

  • Une langue poélitique, dans Sur la langue, le 11 janvier

    Woodie Guthrie / Aharon Appelfeld / Bob Dylan.

    Dès les années 30, le chanteur protestataire américain Woodie Guthrie inscrivait sur toutes ses guitares : « This machine kills fascists » (Cette machine tue les fascistes). Avec des notes posées sur des mots. Pas avec des balles. Les guitares de Woodie Guthrie envoient des textes en direction des océans pour que partout dans le monde les hommes les entendent et, dans une même (...)
  • Une langue sous la langue, dans Sur la langue, le 10 janvier

    Avec Bernard Noël.

    « A toutes les conversations au coin de feu télévisées, chacun devrait répondre par un colis de merde expédié au grand merdeux de l’Elysée. Qui récupérerait ce langage-là ? » Dans son texte L’outrage aux mots [3] réédité chez Paul Otchakovsky-Laurens qui vient de nous quitter abruptement, à 73 ans, victime d’un accident de voiture, quelque chose inquiète Bernard Noël. C’est, comment (...)
  • De terre et d’eau, dans Sur la langue, le 9 janvier

    Bernard Noël / René Char / Aragon / Gabriel Celaya.

    « … depuis le fond de mon enfance que de raisons de s’indigner : la guerre, la déportation, la guerre d’Indochine, la guerre de Corée, la guerre d’Algérie… et tant de massacres, de l’Indonésie au Chili en passant par Septembre Noir. Il n’y a pas de langue pour dire cela. Il n’y a pas de langue parce que nous vivons dans un monde bourgeois où le vocabulaire de l’indignation est (...)
  • Langue éphémère, dans Sur la langue, le 18 décembre 2017 Je ne m’allonge plus le soir dans l’herbe fraîche, au bord de la rivière, parmi les nuées de lucioles. Les relents ultimes de la chaleur estivale me répugnent. Ma langue se disperse entre les ceps noueux qui s’arrachent à une terre hostile et granuleuse dont le vent durcit la surface, formant la carapace rugueuse de mes silences et de mes secrets. Les mots nous quittent (...)
  • Langue fossile, dans Sur la langue, le 2 décembre 2017 Je me suis surpris à sonder le sol autour de moi dans l’espoir un peu fou, je l’avoue, que surgisse d’entre les touffes affolées par les bourrasques, quelque objet d’un jadis qu’un miracle de la nature aurait fossilisé. Ammonites disséminées à même les bordures qu'enfants, nous ramassions à pleines mains, fascinés par leur forme oblongue parfaitement mémorisée dans la pierre. (...)
  • Langue errante, dans Sur la langue, le 1er décembre 2017 J'appelle phragmes des morceaux de langue prélevés dans une ébauche, un en cours ou tombés seuls, à même le sol, dans l'élan. Phragmes / Fragments d'une matière vagabonde en quête de sa forme. Amas de gaz. Eclats en errance dans le cosmos. Phragmes / Traces d'une langue errante, incertaine quant à son devenir. Morceaux collectés, collectionnés, avec la minutie de (...)
  • Où la langue bute, dans Sur la langue, le 8 novembre 2014 Sur la Kolyma [Notes préparatoires] « La Kolyma n’est pas seulement une région, une planète, un trou noir. C’est aussi un texte, lieu de métamorphose du réel en langage », écrit Luba Jurgenson dans sa préface aux Récits de la Kolyma de Varlam Chalamov (éditions Verdier). La question que pose (et se pose) Chalamov au moment où il entreprend la longue suite dees Récits de la Kolyma (...)