Les cahiers de Serge Bonnery

L’aumône spirituelle

Derniers textes publiés :

  • Lettre sur l’Amour (2), dans L’aumône spirituelle, le 10 mai 2015 II L’amour de la Parole (1 Jn 2, 3-11) « Mais celui qui garde sa parole, c’est en lui vraiment que l’amour de Dieu est accompli. A cela nous savons que nous sommes en lui » (1 Jn 2, 5). Nous ne l’avons ni vu, ni touché, ni connu. Pas seulement entraperçu. Ce que nous savons - ou croyons savoir de Lui - nous le tenons d’autres que nous qui l’ont dit. D’autres qui l’ont connu, (...)
  • Lettre sur l’Amour (1), dans L’aumône spirituelle, le 8 mai 2015 (paraphrase et notes sur la première épître de Jean) Une Trinité I (1 Jn 1 - 1,5) Ils ont entendue. Vue de leurs yeux. Contemplée. Touchée de leurs mains. Ces hommes savent que la Vie s’est manifestée car ils ont vu la Vie, de leurs yeux, ils l’ont contemplée, suivie sur des chemins de poussière et de caillasses, ils l’ont touchée comme tant, dans l’espérance d’une guérison. Et (...)
  • Visage de Jésus à Gethsémani, dans L’aumône spirituelle, le 3 avril 2015 [Notes sur l'humanité de Jésus] Se peut-il qu'il souffre dans notre indifférence ? Se peut-il que sa souffrance, celle qu'il subit durant sa passion et qui perdure dans chacune de nos fautes, demeure lettre morte ? Murillo (1617 - 1682) Au jardin de Gethsémani où Il se retire, entouré de trois de ses disciples, pour prier avant d'être livré, les Evangiles synoptiques - Jean (...)
  • Au Mont des Oliviers, dans L’aumône spirituelle, le 11 décembre 2014 [Notes pour une recherche sur le Mont des Oliviers tel qu'il est nommé dans la Bible, Ancien et Nouveau Testament. Approche du lieu en tant que symbole] Mantegna - Christ au Mont des Oliviers Le Mont des Oliviers est un lieu-dit. Il désigne une montagne située à l’est de Jérusalem et qui culmine à une altitude de 827 mètres. Un haut lieu, donc, pas seulement du point de vue (...)
  • Dieu n’est pas raisonnable, dans L’aumône spirituelle, le 1er décembre 2014 [Charité] « L'unique objet de l'Ecriture est la charité. » Blaise Pascal. C'est par la fréquentation quotidienne de l'Ecriture que j'apprends à aimer Dieu. Quand on aime quelqu'un, on a envie d'être auprès de lui, avec lui. On a envie de partager des moments avec lui. D'être en conversation. Lire l'Ecriture, c'est se mettre en présence de Dieu. Se mettre en situation de (...)
  • Veillez !, dans L’aumône spirituelle, le 30 novembre 2014 [Lectio Divina - Premier dimanche de l'Avent] Temps d'inquiétude et de veille. Le journal inquiet devient journal de veille. Car c'est mon inquiétude qui me pousse à veiller, à ne pas me laisser gagner par le sommeil (ou le divertissement). Le temps de l'Avent est un temps d'attente. Nous sommes dans l'attente d'un événement. D'un avènement. Aevénement. Marc 13 (33,37) - (...)
  • Vivre écartelé..., dans L’aumône spirituelle, le 14 novembre 2014 [Notes sur la charité] Etymologie. Le Grand Robert donne : vers 1170 caritet, caritad (après l'an 950). Du latin ecclésiastique caritas qui signifie "cherté", "amour", "tendresse". De carus, "cher". La charité a trait à ce qui m'est cher. Il ne peut s'agir ici d'objets mais d'êtres. La charité a trait aux êtres qui me sont chers. La charité est amour. Définition du Grand Robert (...)