Les cahiers de Serge Bonnery

shoah

Articles

  • Eloge de la littérature, le 1er octobre 2014

    Avec Jaume Cabré pour son roman Confiteor (Actes Sud)

    Jaume Cabré figure reçoit un prix des Vendanges Littéraires de Rivesaltes les samedi 4 et dimanche 5 octobre. Avec Confiteor, l’écrivain catalan plonge aux racines du mal qui a marqué l’histoire du XXe siècle. Rencontre. Quelle était votre intention au moment où vous avez commencé l’écriture de Confiteor ? C’est difficile de répondre parce que je ne sais jamais trop ce qui va se (...)
  • Après Auschwitz, écrire..., dans Julien Boutonnier, le 27 novembre 2014

    Avec les textes de Julien Boutonnier

    Le XXe siècle fut celui des camps d’extermination. Auschwitz, Goulag, Treblinka, Kolyma… Ces noms per­cutent nos mémoires et inter­rogent notre « être au monde ». Nous connais­sons le mot de Theodor Adorno : « Ecrire un poème après Auschwitz est bar­bare ». Faut-​il prendre cette injonc­tion au pied de la lettre sans recher­cher son véri­table sens ? De même dans son « Manifeste pour une (...)
  • Du sentiment d’être soi, dans Julien Boutonnier, le 9 mars 2015

    Un texte de Julien Boutonnier sur la littérature des camps

    Contexte Au commencement du dialogue en train de s'instaurer avec Julien Boutonnier sur la question des camps (Auschwitz, la Kolyma etc...), il y eut une dissémination de la WebAssoAuteurs dont j'avais initié le thème (qui ne rencontra pas une forte adhésion si j'en juge par le très faible nombre de participants) : quelle littérature après Auschwitz, à partir notamment de la (...)
  • Auschwitz irréversible, dans Notebook, le 13 mars 2015 Depuis que je l'ai mis en ligne ici, le texte de Julien Boutonnier ne cesse de hanter mes nuits. Et toujours la même question qui, lancinante, revient : pourquoi ? Pourquoi il m'est impossible - impensable - de vivre sans voir et revoir défiler sous mes yeux - comme une image mentale qui se serait ancrée au plus profond de mon être - les visages effarés des déportés (...)
  • La leçon de Grass, dans Le cabinet de lecture, le 19 avril 2015 Le quotidien El País vient de publier, sur son site internet, le dernier entretien accordé à un journaliste - c’était le 21 mars - par le prix Nobel de littérature Günter Grass décédé le 13 avril. On y entend la voix d’un homme qui avait choisi de se retirer de la vie politique après avoir souvent provoqué la polémique sur des sujets où certaines de ses positions furent plus que (...)
  • Fragments d’Auschwitz (1), dans Fragments d’Auschwitz, le 2 juin 2015 [Après une visite à Auschwitz - Texte en cours - Etat au 02/02/15, 6:01] Chant I (provisoire) empli de silence n’était le mouvement lointain des groupes qui s’avancent de silence empli et d’immobilité le vent mollit dans les bouleaux dans les bouleaux des oiseaux chantent les oiseaux chantent dans les bouleaux la nature a-t-elle ici jamais perdu ses droits ? Krakov 740 (...)
  • Fragments d’Auschwitz (2), dans Fragments d’Auschwitz, le 11 juin 2015 [Après une visite à Auschwitz - Texte en cours - Etat au 10/06/15, 11:18] Chant II (provisoire) comment dire endommagé oui voilà le mot en dom ma gé l’étrange fourmillement au bout des doigts qui vous laisse avec l’impression de n’être qu’un corps seulement un corps pas un corps surmonté d’une tête et dans cette tête des pensées des sentiments pas même mais un corps crissant (...)
  • Fragments d’Auschwitz (3), dans Fragments d’Auschwitz, le 7 juillet 2015 [Après une visite à Auschwitz - Texte en cours - Etat au 07/07/15, 10:48] Chant III (provisoire) Chemin conduisant aux chambres à gaz et crématoires IV et V - Camp d'Auschwitz II - Birkenau la vieille a regardé sa fille ‘garde là-bas [a-t-elle dit avec ses yeux, montrant la direction d’un mouvement de tête] où [a demandé la fille avec ses yeux] gaffe [a dit la vieille en fronçant (...)
  • Ce Juif de Mendelssohn..., dans Notebook, le 21 octobre 2015 Lu dans La Carte des Mendelssohn de Diane Meur (éditions Sabine Wespieser), cet extrait édifiant d'une lettre du maire de Leipzig adressée à un petit-fils du compositeur Felix Mendelssohn dont la statue érigée devant le Gewandhaus de cette ville allemande a été déboulonnée par les nazis : « En 1936 à Hambourg, on retire la plaque posée par Jenny Lind sur la maison natale du (...)
  • L’espoir malgré tout, dans Le cabinet de lecture, le 21 décembre 2015

    Françoise Frenkel était libraire et Haïm Lipsky violoniste. Tous deux ont survécu à l’enfer du nazisme.

    Passionnée de langue et de culture françaises, Françoise Frenkel, juive polonaise, avait suivi ses études à la Sorbonne. Elle avait goûté aux charmes du Quartier latin et fouillé dans les rayons de la librairie jadis installée à l’angle de la rue des Ecoles et du boulevard Saint-Michel. C’est sans doute là qu’est née, dans les tourments de la Première Guerre mondiale, la vocation de (...)

0 | 10


[1Il est entendu que l’art n’est pas le seul moyen d’accomplir cette mémoire de la Shoah en la transformant en une conscience universelle, que d’autres moyens peuvent être mis en œuvre pour y conduire, que tous les moyens possibles doivent être mis en œuvre à cette fin.

[2Remerciements à Julien Boutonnier d’avoir accepté cet échange et de m’autoriser à reproduire ses trois textes consultables sur son blog.

[3Ce terme signifie « camp » en langue allemande.

[4Cette expression est d’Imre Kertesz. On la trouve dans son essai « L’holocauste comme culture »chez Actes sud.

[5Là aussi, voir Kertesz, notamment « Etre sans destin » chez Actes Sud.

[6Au risque de réduire la complexité de la mécanique des camps : dans un camp d’extermination, les déportés sont assassinés dès leur arrivée alors qu’ils sont mis en esclavage dans un camp de concentration. La mise à mort est toutefois l’aboutissement du processus dans les deux cas.

[7Compagnie de chemins de fer polonaise

[8Extraits de lettres datant d’avril et mai 1943 échangées entre les dirigeants de Bayer et l’administration d’Auschwitz.

[9Les camps d’Auschwitz ont été libérés le 27 janvier 1945 par les soldats de l’Armée Rouge.