Les cahiers de Serge Bonnery

Joë Bousquet

Articles

  • Le cheval volant, dans Regards, le 12 janvier 2014

    Joë Bousquet et le surréalisme dans Le sème chemins

    "La poésie, je le veux bien, est un instrument de connaissance, mais un instrument subversif de connaissance", écrit Joë Bousquet dès les premières pages d'un cahier rédigé dans les années 1947-1949 - soit peu de temps avant sa mort survenue en 1950 - et publié aux éditions Rougerie sous le titre Le sème chemins. Arrêtons-nous un instant sur la signification de l'adjectif subversif. (...)
  • Naissance de Joë Bousquet, dans Regards, le 12 janvier 2014

    Une lecture des Lettres à Marthe

    "Je vais mieux et j'ai pu faire quelques pas. Oh ! des pas bien vagues et vieillots, rien de l'allure triomphante qui me permettrait de courir à un rendez-vous d'amour longtemps désiré et impatiemment attendu". Joë Bousquet Le 23 septembre 1919, le lieutenant Bousquet blessé à Vailly, dans le département de l'Aisne, est allongé dans son lit de convalescent à l'hôpital mixte de (...)
  • Nous partageons dans le silence, dans Regards, le 12 janvier 2014

    Joë Bousquet & René Char : une correspondance

    Extrait d'un article de Joë Bousquet paru dans La gazette des Lettres le 31 août 1946 après la publication des Feuillets d'Hypnos : Celui des hommes que j'estime le plus est aujourd'hui René Char. René Char ne croit pas que la vie ait un sens, il nous enseigne que nous créons ce sens et que nul n'y peut prétendre qu'il ne soit auparavant devenu sa vie même, tout ce que peut (...)
  • Joë Bousquet de mémoire, dans Regards, le 12 janvier 2014

    Quatorze séquences pour Michel Arcens

    1 – La maison de Carcassonne est un hôtel particulier dont l’origine remonte au XVIIIe siècle. Il est situé au cœur de la ville bâtie par Louis IX, une bastide que les Carcassonnais nomment « ville basse », par opposition à la Cité médiévale construite sur une colline dominant le fleuve Aude. La famille Bousquet a pris possession de cet hôtel vers le milieu des années 20. Elle habitait (...)
  • La poésie réalisante de René Nelli, dans Letras, le 13 janvier 2014

    Le poème invente le réel

    "Le poème pour Nelli n'est pas un reflet de l'existence, il en est le support. Il invente le réel en le formulant". Léon-Gabriel Gros. "René Nelli ou l'invention du réel". Cahiers du Sud, 1952. Souvenir de Carcassonne. - De l'homme qui n'a jamais été mon professeur au lycée (question de génération), je conserve le souvenir vivant d'une silhouette en costume gris arpentant la salle (...)
  • Joë Bousquet dans les yeux de l’amour, dans Regards, le 15 janvier 2014

    Sur les Lettres à une jeune fille

    Un jour, début janvier 1946, Joë Bousquet voit pénétrer dans sa chambre de Carcassonne une jeune fille qui n’a pas dix-huit ans. Jacqueline Gourbeyre – c’était son nom – était originaire de Tarbes et allait suivre ses études à Toulouse. Entre le poète blessé et l’étudiante, naît une histoire d’amour. Ce n’est pas la première fois de sa vie, loin s’en faut, que le poète condamné à la (...)
  • Gaston Puel sans relâche, dans Letras, le 15 janvier 2014

    Après le décès du poète

    Gaston Puel (à gauche) en compagnie de René Piniès, directeur du centre Joë Bousquet C’est sûrement le privilège d’un âge que de devenir un jour le lien entre des générations. Pour nous, fondateurs du Centre Joë Bousquet en 1999, Gaston Puel fut ce lien. Au commencement de notre histoire commune, il n’était pas seul. Ginette Augier - la destinataire des lettres - était là. Les peintres (...)
  • Joë Bousquet, soldat et poète, dans La guerre, le 19 janvier 2014 « Je suis à la fois le sujet et l’œuvre de ma volonté » Joë Bousquet. La neige d’un autre âge. Joë Bousquet en uniforme de lieutenant - Collection particulière On sait à peu près tout, aujourd’hui, des circonstances de la blessure reçue par Joe Bousquet le 27 mai 1918 sur le front de l’Aisne, précisément au plateau de Brenelle, proche de Vailly. Ainsi qu’en atteste le journal de marche (...)
  • Joë Bousquet en mouvement, dans Regards, le 31 janvier 2014

    La cicatrisation de la blessure dans les correspondances

    Traversé par une balle, le 27 mai 1918 à Vailly-sur-Aisne, Joë Bousquet désormais cloué par l’immobilité est un homme condamné, pour vivre, à réinventer le mouvement. Telle est l’injonction que la blessure lui adresse. Pendant les quelques années de convalescence qui ont suivi le printemps 1918, entouré de médecins dont son père, Bousquet pense qu’il va pouvoir réapprendre à marcher. (...)
  • Le corps dans tous ses états , dans WebAssoAuteurs, le 28 février 2014

    Kafka, Proust, Bousquet et Horace avec Laurent Margantin, Christine Genin et Danielle Carlès

    « Écrire le corps est l’un des enjeux les plus pri­mor­diaux auquel se confrontent les auteurs les plus divers. De Monsieur Bloom dans ses cabi­nets au goût de la made­leine de Marcel, en pas­sant par le vieil Achab qui a son mal che­villé au corps, les pro­blèmes de foie de l’homme du sous-​sol, ou encore l’attente fébrile de Julien Sorel devant la porte de Mme de Raynal », écrit Pierre (...)

0 | 10 | 20


[1Les Lettres à Marthe (Gallimard) et les Lettres à Ginette (Albin Michel) sont hélas épuisées. Les Lettres à Poisson d’Or et Un amour couleur de thé sont disponibles dans la collection L’Imaginaire des éditions Gallimard.

[2Note-book suivi de D’une autre vie. Editions Rougerie 1982. Le texte manuscrit de « D’une autre vie » est reproduit dans « Denise Bellon – Joë Bousquet au gîte du regard », cahiers Joë Bousquet au Centre Joë Bousquet et son temps, 53 rue de Verdun, 11000 Carcassonne.

[3Lettres à Carlo Suarès. Editions Rougerie 1973.

[4La neige d’un autre âge. Editions Le Cercle du Livre 1952.

[5Lettre à Carlo Suarès du 3 mai 1936. Op. cit.

[6Correspondance Simone Weil Joe Bousquet. Editions L’âge d’homme 1982.

[7Lettre à Simone Weil du 2 mai 1942. Op. cit.

[8Lettres à Carlo Suarès. Op. Cit.

[9Lettre d’octobre 1937 in Lettres à Poisson d’Or. Gallimard, collection L’Imaginaire.

[10D’une autre vie. Op. cit.

[11Kafka souffrait d’une tuberculose du larynx. Il donnait également des signes d’hypocondrie et de dépression qui se traduisaient physiquement sous la forme de migraines, d’insomnies et d’irruption de furoncles. Né le 3 juillet 1883 à Prague, Kafka est décédé le 3 juin 1924 au sanatorium de Kierling en Autriche, à l’âge de 40 ans.

[12Ancienne élève de l’ENS de Saint-Cloud et agrégée de lettres, Christine Genin travaille aujourd’hui à la Bibliothèque nationale de France.

[13Poisson d’Or était le nom donné par Bousquet à une femme aimée. Sa correspondance avec Germaine est publiée dans la collection L’Imaginaire des éditions Gallimard