Les cahiers de Serge Bonnery

poésie

Articles

  • Suite pour Joan Maragall, dans Dans le voisinage de..., le 18 décembre 2013 Poser ses pas dans ceux d'un poète. Joan Maragall (1860 – 1911) est considéré comme le fondateur de la poésie catalane moderne. Vivant à Barcelone, il avait l’habitude de séjourner l’été à Olot, dans la Garrotxa, proche de la frontière française. Dans les environs, une hêtraie où il aimait se promener porte aujourd’hui son nom. En hommage au poète catalan , ces quelques vers écrits lors (...)
  • Avant les Cendres, dans Fragmes (esquisses), le 27 octobre 2013

    Phénomène de corrosion

    Né sous le ventre. En terre, pendant que le vieil homme creuse. Cherche. Avec ses mains, râcle. Avec ses doigts crochus, érafle. Déchire, avec ses ongles, l’enveloppe du réel. Anguleuse. Ce qui s’éventera suit la courbe. Et pourtant si pensif. Lointain. Emoussé. Vierge de toute génuflexion. Frappé de carence. Rebrousse chemin. Le corps en bandoulière. Né sous la cendre. Phénomène de (...)
  • Vues sur New York, dans Villes, le 11 septembre 2013

    Le 11 septembre et... avant

    11 septembre 2001 Pas un mot de moi. Ce texte est exclusivement composé de séquences prélevées dans les témoignages recueillis sur le site internet (déjà) du quotidien Libération, dans les heures qui ont suivi l'attentat contre les tours jumelles du World Trade Center. Le titre du poème est celui de l'édition de Libération du 12 septembre 2001. Nous ne sommes pas au cinéma. Le (...)
  • Essais de 2001, dans Fragmes (esquisses), le 21 septembre 2013

    Sur Bill Evans / Sur l’autre rive

    Intermodulation On a voulu ne pas brusquer les choses, laisser venir à soi On a regardé à droite, puis à gauche et entrepris la traversée avec prudence Rue : dalles glissantes quand il pleut, bac à fleurs, poubelle, grille, bitume, grille, présentoir de cartes postales, terrasse, terrasse de café avec tables rondes et chaises autour, lampadaire, cabine téléphonique, grille, (...)
  • Esquisses sévillanes, dans Villes, le 14 septembre 2013 pour Jean-Michel Mariou Ces chansons sévillanes ont été écrites en 1998 après un premier voyage à Séville. Premier voyage, premières impressions qui toutes demeurent. Intactes. En mémoire. Je les donne ici avec une pensée amicale pour le plus sévillan des languedociens que je connaisse, mon ami Jean-Michel Mariou, auteur d'un magnifique livre sur ses périples ibériques - Ce besoin (...)
  • Vers pour Marie, dans Poèmes, le 11 août 2013 Ce n'est pas le ressac de la mer qui me manque Ni le rire Marie des enfants dans la rue Pas plus que le matin au regard des calanques Des bateaux en allés la tristesse ingénue C'est plutôt dans tes yeux l'océane langueur Des horizons marins où nous avons grandi De la marée montante au rythme du rameur Et de la vague d'or que l'étrave (...)
  • Parole(s) et Ombre(s), dans Fragmes (esquisses), le 1er août 2013

    
L’essentiel est sans cesse menacé par l’insignifiant. 
René Char


    D'un ciel renversé Besoin de retourner où ses pas l'ont porté. Fouler le gravier de l'allée. Piquer ses doigts aux épines des roses. Toucher la terre. Les ailes déployées des oiseaux dans la tombée du soir. L'ombre, furtive, se déplaçant de toit en toit. Le ciel renversé, dans la position de l'égaré, sur le qui-vive, en recherche de remontée. De la fenêtre : il voit se perdre la (...)
  • Qu’est-ce qu’un fragme, dans Fragmes (esquisses), le 24 décembre 2013

    Note d’intention

    Fragme - terme entraperçu le 28 juin 2013 vers 4 h 30 du matin. Fragme - éclat de texte issu d'un processus inachevé de fragmentation. Un fragme est un fragment inaccompli, en quête d'une forme. Le poème n'existe pas - Le fragme ouvre droit à l'idée que le poème n'existe pas, sinon uniquement sous la forme d'un fragme idéalisé. Peut éventuellement renvoyer au titre choisi par (...)
  • Suite pour Michel Butor, dans Dans le voisinage de..., le 31 juillet 2013

    Après une visite chez Michel Butor à Lucinges

    La grande fenêtre choral pour Michel Butor il dit qu'il y a deux saisons sous sa grande fenêtre d'où il parcourt l'arrière-pays du regard pour tout horizon un terrain pentu, arboré, simplement anonyme il sait qu'il y a deux saisons sous sa grande fenêtre il dit qu'il y a seulement l'hiver sous sa grande fenêtre d'où il domine un champ communal de football tout ici (...)
  • Hermione mains ouvertes (suite), dans Poèmes, le 18 juillet 2013 Photo Roman Bonnery Hermione fatale A l’aube dans la lumière près la terre déjà de nos ancêtres en ruine Ô roses vespérales abandonnées Le néant emporté de nos sérénités rebelles Et la belle endormie Ô rose Le ciel ? Tu as jeté son nom. Tu as cessé de croire. La nuit est lente sur le seuil. Tu n’as plus d’yeux derrière la lumière. Sinon le ciel Des bohémiennes battent leurs (...)

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 210