Les cahiers de Serge Bonnery

la recherche du temps perdu

Articles

  • Marcel Proust au pied de la lettre # 5, dans Marcel Proust, le 22 décembre 2013

    Une mise au point

    Une mise au point Ce n'est personne d'autre que Marcel Proust qui le dit. Il l'écrit, page 394 (édition Pléiade, 1987), dans Noms de pays : le nom, dans ces pages admirables où le narrateur se souvient de son amour naissant pour Gilberte lorsqu'il la rencontrait aux Champs Elysées. Voici : "Tandis que je m'apprêtais à profiter de cet instant désiré pour me livrer, sur l'image de (...)
  • Marcel Proust au pied de la lettre # 6, dans Marcel Proust, le 17 janvier 2014 « Le contraire d’une oeuvre d’art » L’entrée de Marcel Proust à la Nouvelle Revue Française pour l’édition de la suite de sa Recherche après la publication chez Grasset de Du côté de chez Swann est une longue histoire. Une parmi les plus piquantes de l’histoire de la littérature. Une de celles dont raffolent les biographes et les historiens. On se souvient : Du côté de chez Swann a (...)
  • Marcel Proust au pied de la lettre # 7, dans Marcel Proust, le 18 janvier 2014 « De la psychologie dans le Temps » Le temps presse. Dès le lendemain de la parution du numéro 61 de la Nouvelle Revue Française dans lequel Henri Ghéon signe sa critique de Du côté de chez Swann, Marcel Proust lui répond. La lettre est datée du 2 janvier 1914 avec mention : vendredi soir. Proust a lu et relu l’article. Il s’en est imprégné. Il l'a mâché. Remâché. Il l’a digéré. (...)
  • Marcel Proust au pied de la lettre # 9, dans Marcel Proust, le 19 février 2014 Comme le doigt de Dieu Nous vivons tous avec en tête des souvenirs de clochers de villages... D’aussi loin que je me souvienne, lorsque j’étais autorisé à sortir le dimanche (il fallait pour cela qu’il ne plût pas ni que le moindre souffle de vent ne fît grincer les volets de la maison), nous partions en promenade dans le village selon un trajet qui consistait à en faire le tour (...)
  • Un été 14 # Episode 4, dans Un été 14, le 1er août 2014 Du côté de chez Proust 17 juillet (soir) « Un temps de chien ! », s’est écrié papa en ôtant dans le vestibule son pardessus trempé. Il a plu toute la journée d’hier, sans discontinuer, une pluie régulière, délicate et fine, comme un rideau de tulle ondulant sous le vent, légère et silencieuse. Adèle s’est précipitée pour sécher ses vêtements, ajoutant un décisif « c’est l’automne » au (...)
  • Un été 14 # Episode 5, dans Un été 14, le 7 août 2014 L’éclairage au soleil 19 juillet (matin) Vivement le dimanche 16 août ! En rentrant de l’hôpital militaire avec, sous le bras, le dernier numéro d’Amélie Journal, papa nous a annoncé avec emphase : le 16 août, nous irons au théââââââtre ! Le journal annonce en première page la représentation, au théâtre de plein air, d’une œuvre dramatique d’un certain Henri de Bornier : La Fille de (...)
  • Un été 14 # Episode 6, dans Un été 14, le 13 août 2014 Mme Heonnet est de retour 21 juillet (peu avant midi) Tandis que papa tente de prendre quelque repos tout en se rendant chaque jour, avec la ponctualité d’un métronome, à l’hôpital militaire où il discute avec ses collègues et les soldats en convalescence de la situation internationale, maman manifeste depuis ce matin une agitation inhabituelle et fait régner dans la maison une (...)
  • Des chiens de garde, dans Journal hétéroclite, le 19 avril

    Une absence / Une conscience politique / Supervielle / Badiou

    § Petite chronologie éphémère pour expliquer l interruption d'activité de l'Epervier Incassable pendant presque deux mois. 27 février : fortes douleurs paralysantes dans la poitrine. Demeure coi, en nourrissant l’espoir d’un mal passager et d’un apaisement qui, hélas, ne vient pas. 28 février : interruption brutale de la journée de travail, départ pour le service d’urgences d'une (...)

[1« Supervielle entre deux mondes » par Michel Collot, préface aux Œuvres poétiques complètes, Bibliothèque de la Pléiade.