Les cahiers de Serge Bonnery

journal

Articles

  • Une page par jour, dans WebAssoAuteurs, le 25 octobre 2013

    Avec Arnaud Maïsetti et Jean-Paul Galibert

    Avant-texte Je n'ai pas, je le sais par expérience, vocation à écrire un journal intime. Autant de fois j'ai tenté l'aventure, autant de fois elle a échoué. Aussi, lorsque Noëlle Rollet (glossolalies.net / @selenacht) a proposé pour thème de notre dissémination mensuelle webassoauteurs : "Nulla dies sine linea" (littéralement : pas un jour sans une ligne), je me suis à nouveau (...)
  • De mon IPhone # 7 janvier 2014, dans Journal hétéroclite, le 7 janvier 2014 Arrivé ce matin sur la table. Outil de travail pour ce premier semestre 2014. Vivre cent ans après dans les pas d'un premier lecteur de Du côté de chez Swann. Le gros volume chez Plon des Lettres de Marcel Proust, censé remplacer la monumentale édition Kolb épuisée, éparse chez les bouquinistes, parfois à des prix insupportables. Il sera utile pour aller voir ce que Proust dit, (...)
  • Kafka 130 ans, dans WebAssoAuteurs, le 3 juillet 2013

    Un extrait du journal traduit par Laurent Margantin

    Il y a cent-trente ans, le 3 juillet 1883, naissait Frank Kafka à Prague, dans un appartement du rez-de-chaussée d'une maison bourgeoise située aux portes du quartier juif, dans Stare Mesto . Pour conserver ce lien, sa présence, relire donc un passage de son journal, tel que Laurent Margantin en propose ici une nouvelle traduction. Voici l'extrait, donné en lecture dans le (...)
  • De mon IPhone # 8 janvier 2014, dans Journal hétéroclite, le 8 janvier 2014 Apprendre un langage. Le b-a-ba d'une nouvelle langue, avec ses < et ses >, ses / ou encore ses - comment fait-on déjà ? [miracle, c'est revenu] toujours eu du mal, même enfant, avec le crochet. Et pourtant il le faut. Entrer dans la complexité d'un langage, s'aventurer dedans. Un langage, ses codes, ce que vous écrivez entre < et > et que personne ne verra, n'imaginera (...)
  • De mon Iphone # 14 janvier 2014, dans Journal hétéroclite, le 14 janvier 2014 Je crains que ces notes ne soient vouées à l'échec. Je trouve ma vie si ordinaire, transparente, insignifiante, oiseuse et de peu de poids. Dès que je songe à parler de moi, je me déplume. Je n'ai plus envie. Je suis comme l'oiseau sur l'extrémité de la branche. Prêt à tomber. En déséquilibre. Je tangue. Prise au vent, je n'avance plus. Je file comme l'air entre mes doigts. Le sot (...)
  • De mon Iphone # 16 janvier 2014, dans Journal hétéroclite, le 16 janvier 2014 A-t-il fait autre chose qu'écrire ? Que composer ? Franz Schubert est mort à 31 ans et laisse à la postérité près d'un millier d'oeuvres - un millier ! - dont à peine une centaine avaient été éditées de son vivant. Schubert iceberg : sa partie visible, en son temps, infiniment moins imposante que ce qui était demeuré enfoui sous les glaces d'une Vienne affolée par les guerres. (...)
  • De mon Iphone # 21 janvier 2014, dans Journal hétéroclite, le 21 janvier 2014 Comment cela - que l'on dit être écrire - advient-il ? Vieux projet ânonnant dans les cartons. Par quel jeu - hasard ? - subtil fait-il retour au jour ? Quand, presque malgré soi, comme poussé par une force, dans le dos, inconnue, se (pro)jeter dedans (re)devient une évidence, une urgence, une nécessité. Il faut se rendre aux abords. Où la terre penche. Levé 4 heures pour deux (...)
  • De mon Iphone # 30 janvier 2014, dans Journal hétéroclite, le 30 janvier 2014 Le temps. Comme chair du monde. Je me dis en quittant la ville. Les yeux rivés sur des inscriptions que je ne sais pas lire. Le temps. Comme arraché à la chair. La canonnade. Les éclairs. Le champ découvert. Ses arbres morts. Et la ville soudain qui rue. Le vent siffle. Un crissement. Quelques ratures sur la voie. Il n'y a plus de dehors. Apollinaire toujours désormais dans (...)
  • De mon Iphone # 16 février 2014, dans Journal hétéroclite, le 16 février 2014 Arrêt (sur image) Et toujours, comme un rituel, le regard qui se pose non loin d’où demeura Claude Simon. Salses-le-Château, passage obligé pour aller vers. Arrêt du regard sur l’image de la forteresse où Roland Allard photographia l’écrivain marchant sous le vent, emmitouflé dans son blouson de cuir noir, mains aux poches, le pas alerte, l’allure vive. Je ne sais ici pas (...)
  • De mon Iphone # 25 février 2014, dans Journal hétéroclite, le 25 février 2014 Nous parcourions les chemins à bicyclette, toi sur un vélo d'adulte. Je te précédais toujours sur ma petite bicyclette d'enfant. Tu disais que c'était plus prudent. Et quand un véhicule s'approchait, tu posais pied à terre. Tu exigeais que je fasse de même car, à vrai dire, je tenais à grand peine l'équilibre sur mon vélo tremblant. Nous atteignions une terre aride où la vigne (...)

0 | 10 | 20 | 30 | 40


[1Louis Aragon, Les Poètes

[2Critique d’art et critique littéraire, ancien professeur à l’Université de Paris VIII, Georges Raillard fut pendant cinq ans directeur de l’Institut français de Barcelone. Il a publié des études sur Tàpies et Miro. Il participait samedi 15 février à la rencontre autour des oeuvres photographiques de Michel Butor et Claude Simon organisée par le centre Joë Bousquet dans la maison du poète, en présence de Michel Butor.