Les cahiers de Serge Bonnery

catalogne

Articles

  • Passeur de sages, dans Letras, le 15 janvier 2014

    Patrick Gifreu, traducteur et éditeur

    Depuis plus de trente ans, Patrick Gifreu traduit Raymond Lulle dont il est l'un des spécialistes reconnus en France (et ailleurs...) Dans sa collection des éditions de la Merci, depuis 2008, il publie - à raison de deux à trois textes par an - les textes de sages catalans de l'âge d'or médiéval, quand, autour de la ville et la province de Gérone notamment, juifs, chrétiens et (...)
  • Guerre d’Espagne : les regards retrouvés, dans Mélanges, le 16 janvier 2014

    Les photographies de Capa, Taro et Chim au MAHJ

    En 1936, trois jeunes reporters rejoignent l'Espagne pour photographier la guerre aux côtés des Républicains. La valise mexicaine de Robert Capa, Gerda Taro et 'Chim' était exposée en début d'année 2013 au musée d'art et d'histoire du judaïsme. Impressions après une visite. Pour garder trace de ce qui fut et de ce qui demeure. Gerda Taro et Robert Capa au café Le Dôme de (...)
  • Céret # 4, dans Claude Simon, le 23 octobre 2013 Conversation sur le mur Mur à Salses - Photo Serge Bonnery avec des mots de Sarah Anaïs Crevier Goulet, Léonard de Vinci, Jean Dubuffet, Antoni Tàpies et Claude Simon. « Si tu regardes des murs barbouillés de taches ou faits de pierres d’espèces différentes et qu’il te faille imaginer quelque scène, tu y verras des paysages variés, des montagnes, fleuves, rochers, arbres, plaines, (...)
  • Minuscule la terre (...Salvador Espriu), dans Dans le voisinage de..., le 28 janvier 2014 Minuscule la terre qui fait cercle autour du cimetière et cette mer, Sinera, avec pour horizon ses pommes de pin et sa vigne Je n'attends plus rien sinon l'ombre quand elle descendra de son nuage le souvenir perdu des jours enfuis pour toujours
  • "Comme un lion rugissant...", dans Letras, le 26 février 2014

    Les visages du lion dans la symbolique romane

    Les représentations de lions et de lionnes abondent dans la sculpture romane médiévale. Ici au Prieuré de Serrabone (Pyrénées-Orientales) où le lion est représenté sur de nombreux piliers. Le lion est omniprésent dans la littérature et la sculpture à l'époque médiévale. Curieux est d'ailleurs l'intérêt que lui porte l'homme dans l'Occident chrétien. Le lion, en effet, n'est pas présent (...)
  • Flamboyant Jordi Pere Cerdà, dans Letras, le 4 mars 2014

    Une nouvelle édition des poésies complètes chez Viena à Barcelone

    Etablie par Marie Grau, de la Bibliothèque universitaire de Perpignan, la nouvelle édition Poesia Completa de Jordi Pere Cerdà est parue chez Viena à Barcelone. 1 - Des précédents Le volume des poésies de Jordi Pere Cerdà qui paraît aujourd’hui chez Viena à Barcelone diffère des éditions précédentes (celles de 1966 chez Barani et de 1988 chez Columna). Y figurent plusieurs Ocells (...)
  • En lisant..., dans Le cabinet de lecture, le 7 mars 2014 Parfois, lisant, il m’arrive d’être submergé par la désagréable sensation de m’enliser, d’être entraîné, malgré moi, dans la lie du temps. La chronique m’avait échappé. Elle est parue le vendredi 7 février dans Le Monde des Livres sous la signature d’Eric Chevillard. Il y parle du dernier livre de Christian Bobin, La Grande Vie. Au fil des mots, une grande amertume m’envahit, une (...)
  • Les écritures clandestines, dans WebAssoAuteurs, le 28 mars 2014

    Robert Rius et La Main à Plume, poésie de Résistance

    Avant texte « Il fut une époque (…) où les lumières jaillis­saient de l’obscurité même des réseaux clandestins ». Ces mots de Grégory Hosteins en présentation de sa proposition de dissémination Ecritures clandestines m’ont tout de suite dirigé vers la poésie de Résistance telle qu’elle s’est exprimée - clandestinement - entre juin 1940 et la Libération de l’été 1944. Voici, pour cette (...)
  • Après le Tramway, dans Fragmes (notes poétiques), le 22 avril 2014 pour Maria Nous avons marché dans les pas du tramway. Arpenté les rues de la ville. Marché dans les pas du. Au loin on aperçoit des grilles. Dans les pas du nous avons marché. Derrière les volets on aperçoit des grilles. Et les vignes tombant dans la mer. Nous nous sommes assis. Il n’y avait pas d’ombre. Juste un reflet bleuté. Les vignes dans la mer. Une lumière tamisée. (...)
  • 39-45 : dans la nuit des camps de France, le 16 mai 2014

    Avec Marie-Hélène Mélendez, traductrice de Ulysse dans la boue, journal de captivité de Jaume Grau.

    Jaume Grau était républicain espagnol. En 1939, comme des centaines de milliers de ses compatriotes, il a dû fuir son pays gangrené par le franquisme triomphant. Jaume Grau, comme nombre de Républicains, a été enfermé pendant cinq ans dans les camps français entre 1939 et 1944. Il a fait au jour le jour le récit de sa détention : un témoignage unique aujourd’hui publié sous le titre (...)

0 | 10 | 20


[1Claude Simon - Jean Dubuffet, Correspondance, éditions de l’Echoppe.

[2Cahiers Claude Simon, publiés par l’Association des lecteurs de Claude Simon.

[3Antoni Tàpies, Communication sur le mur, in La pratique de l’art (Folio Essais).

[4Recueilli par Joan Amades auprès de Moisès Capella à Terrassa en 1918.

[5La plupart des livres de Ramon Llull sont aujourd’hui disponibles grâce au patient et admirable travail de traduction du Perpignanais Patrick Gifreu diffusé par sa propre maison d’édition, les Editions de la Merci auxquelles nous avons consacré un article ici-même.

[6Le livre des bêtes, traduction de Patrick Gifreu, éditions de la Différence.

[7Bibliothécaire à l’université de Perpignan, Marie Grau a établi la nouvelle édition des poésies de Jordi Pere Cerdà.

[8Poème Infancia extrait de : Paraula Fonda (Sens Profond) de Jordi Pere Cerdà (traductions d’André Vinas avec Jordi Pere Cerdà). Les publications de l’Olivier.

[9Laurence Iché est la fille du sculpteur René Iché, lui-même Résistant très actif au sein du groupe du Musée de l’Homme puis du réseau Cohors-Asturies. Robert Rius et Laurence Iché se sont mariés en juin 1941.

[10Robert Rius est né le 25 février 1914 à Château-Roussillon, près de Perpignan, là même où la légende raconte que fut assassiné le troubadour catalan Guilhem de Cabestany par le mari jaloux de la châtelaine qu’il courtisait dans ses cansos.

[11L’un des noms de Résistance de Robert Rius fut Gall qui, en catalan, signifie coq, en référence au Coq Catalan, le journal d’Albert Bausil publié à Perpignan. Albert Bausil a été l’initiateur à la poésie de toute une génération dans laquelle avait aussi grandi Charles Trénet. L’engagement anti nazi de Bausil était sans ambigüité. L’un des derniers numéros du Coq Catalan portait à sa Une le titre suivant : « Monsieur Hitler, je ne sais pas si je me fais bien comprendre, mais JE VOUS EMMERDE ».

[12Les textes et poèmes de Robert Rius sont aujourd’hui malheureusement presque introuvables mais l’Association pour la mémoire de Robert Rius a en projet l’édition des œuvres complètes du poète. Nous formons le vœu que ce projet trouve les moyens de se réaliser afin que soit remise en circulation une parole poétique de Résistance dont nous savons qu’elle est en mesure d’éclairer utilement notre monde contemporain.

[13Ce texte devait être publié en juin 1944 dans le numéro de La Main à Plume consacré au thème de L’Objet rassemblant des contributions de Breton, Hérold, Malet, Marien, Péret ainsi que des illustrations de Brauner, Brielle, Duchamp, Ernst, Magritte, Matta, Miro, Man Ray ou Tanguy. Les maquettes du numéro n’ont jamais été terminées. L’authenticité du texte transcrit dans l’ouvrage « Le surréalisme sous l’Occupation » (La table ronde, 1981) est contestée par l’Association pour la mémoire de Robert Rius. Par chance, un collectionneur a mis la main sur l’original il y a quelques années et la comparaison avec la version publiée montre des différences notables. L’Association fera connaître prochainement cet écrit de la toute première importance pour prendre la mesure de ce que fut l’engagement de Rius et la poésie de Résistance.

[14Ce texte, écrit au camp du Récébédou en Haute-Garonne, s’intitule « La mort par insuffisance mitraille ». Il témoigne de l’humour caustique dont peut parfois faire preuve Jaume Grau dans des circonstances tragiques et révèle son réel talent d’écrivain.