Les cahiers de Serge Bonnery

Ferdinand Alquié

Articles

  • La philosophie, notre bien commun, dans Mélanges, le 1er décembre 2016

    Plans de philosophie générale (1).

    [Ferdinand Alquié est né à Carcassonne le 18 décembre 1906. Il a effectué ses études au lycée Louis Le Grand à Paris puis à La Sorbonne. Il était l'ami du poète Joë Bousquet, de René Nelli et du professeur de philosophie Claude-Louis Estève. Ils formaient ensemble le noyau du "groupe de Carcassonne" plus tard accueilli au sein de la revue marseillaise Les Cahiers du Sud. En 1928, le (...)
  • Le réel est-il inconnaissable ? , dans Mélanges, le 3 décembre 2016

    Plans de philosophie générale (2).

    Dans la première partie du cours [1], Ferdinand Alquié aborde les problèmes métaphysiques. 1) La réalité du monde A) le réalisme désigne les « doctrines qui reconnaissent aux choses une existence indépendante de toute pensée ». a) le réalisme qualitatif pose « l’existence hors de nous de qualités que nous percevons » (Aristote). Mais il y a une difficulté : « les qualités sensibles (...)
  • La condition de l’expérience, dans Mélanges, le 12 décembre 2016

    Plans de philosophie générale (3).

    L’espace et le temps sont « les cadres de toute notre expérience ». Les philosophes anciens pensaient que « le devenir (était) une forme imparfaite de l’être » et que « l’être réel (était) hors du temps ». De là naît la conception du Dieu éternel. Descartes propose une conception réaliste de l’espace et du temps. Pour lui, le temps est « une succession d’instants indépendants les uns des (...)
  • "Une réalité impensable", dans Mélanges, le 16 décembre 2016

    Plans de philosophie générale (4).

    I - La matière a) Selon les conceptions mécanistes Les conceptions mécanistes du monde opposent la matière à l’esprit. Descartes pense que la matière est « un substrat étendu et inerte ». Démocrite, avant lui, avait défendu l’idée d’une matière « discontinue » formée d’atomes insécables. Epicure voit le monde comme « un ensemble d’atomes tombant dans le vide », lesquels atomes « se sont (...)
  • Un dialogue ininterrompu, dans Regards, le 22 septembre

    Joë Bousquet et la philosophie

    « Je crois que l’homme entier contient dans son âme un être majeur antérieur à toute expérience et que les faits éveillent en l’arrachant au rêve qu’ils étaient en lui ». Joë Bousquet (Le meneur de lune) La main de Joë Bousquet (détail) Le 27 mai 1918 à Vailly-sur-Aisne, le lieutenant Bousquet tombe sur le champ de bataille, fauché par une balle qui l’atteint « en pleine poitrine, à deux (...)

[1Plans de philosophie générale, éditions Chantiers, 1938.

[2Lettre à Carlo Suarès du 3 mai 1936 in Joë Bousquet, Lettres à Carlo Suarès, éditions Rougerie.

[3Ce texte a été publié aux éditions Rougerie. Le manuscrit original est reproduit en fac-similé dans Au gîte du regard, un volume des Cahiers du Centre Joë Bousquet consacré à la rencontre entre le poète et la photographe Denise Bellon.

[4Ces documents, et d’autres encore ayant trait à la blessure ont été rassemblés dans Les blessures de Joë Bousquet par Alain Freixe et Serge Bonnery aux éditions du Trabucaire.

[5François-Paul Alibert, Terre d’Aude, texte présenté et annoté par Xavier Ravier, coédition Atlantica/Garae-Hésiode.

[6Joë Bousquet, Lettres à Jean Cassou, éditions Rougerie.

[7La plupart des citations de Joë Bousquet sont extraites de ce Journal dirigé ainsi que de La marguerite de l’eau courante, texte également publié dans le tome III des Œuvres romanesques complètes aux éditions Albin Michel.

[8Il existe un reprint de ce numéro spécial aux éditions Rivages.

[9Un ensemble de lettres de Joë Bousquet au philosophe Ferdinand Alquié est rassemblé dans le volume Correspondance publié aux éditions Gallimard.

[10Cité par René Nelli dans Joë Bousquet sa vie, son œuvre, éditions Albin Michel.