Les cahiers de Serge Bonnery

Accueil > Ecriture/s > Poèmes > Un corps l’ombre

Un corps l’ombre

mercredi 18 avril 2018, par Serge Bonnery

l’heure s’y prête encore quelqu’un écoute ne dit pas son nom s’en étonne

je sens bouger dans l’ombre un corps naissant des tunnels de silence c’est ici le lieu du temps je l’imagine comme une ville on y écrirait des poèmes sur les murs

nous avons quitté la maison aux voûtes décorées de peintures jadis elle était habitée par un homme que son voisinage suspectait on raconte qu’il recueillait de nuit aux abattoirs le sang des bœufs sacrifiés pour arroser ses orangers faméliques

nous longeons des façades humides sa main tremble le jour se dérobera dès que nous aurons franchi le porche de la demeure dont j’ai perdu la clé

< >

Forum

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.