Les cahiers de Serge Bonnery

Accueil > Ecrits > Phragmes > Langsam

Langsam

lundi 16 avril 2018, par Serge Bonnery

sehr langsam [1] très lentement sans rien précipiter sans autre choix que l’attente pas à pas sur la rive de l’autre côté l’incertitude le ciel ouvert prendre date personne ne dit pourquoi le vide l’élégance personne ne sait un moment le soir sehr langsam

s’étire langsam une prière non de celles que l’on déclame devant une assemblée mais plutôt enfantine que l’on se récite le soir dans le secret du langsam une phrase qui jamais ne se termine et qui langsam au terme d’un effort ultime parvient langsam à sa conclusion puis reparait une dernière fois à l’orchestre tandis que le piano langsam se détache du monde une phrase langsam pur accent de l’adieu révérence ultime derrière l’épais rideau de velours rouge apatride

« Il faut prendre congé du monde avant qu’il ne s’effondre ». Hugo Von Hoffmannstahl.

pressentiment de guerre quelque chose se délite au bord de la dislocation le monde naufrage derniers feux de détresse dans la nuit la phrase de retour à l’orchestre perdue dans le soir fin de l’attente


[1Gustav Malher a placé la notation "sehr langsam" qui signifie "très lentement" en tête de l’adagietto de sa Cinquième symphonie. Ce texte a été écrit lors d’une écoute croisée de cette œuvre et de l’adagio assai du concerto en sol de Ravel.

<

Forum

Messages

  • Langsam : doucement. En allemand, le mot s’étire car toutes les lettres se prononcent, et suspend le réel .

    C’est un mot que l’on répète aux enfants turbulents. Car lagsam rime aussi avec attention : faire attention, prendre attention des autres et de soi.

    Merci Serge, pour ce joli texte. J’entends les sons dans mon oreille.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.