Les cahiers de Serge Bonnery

Accueil > Littérature/s > Arthur Rimbaud > Dynamiteur d’espace

Dynamiteur d’espace

vendredi 6 avril 2018, par Serge Bonnery

Harar le 15 février 1881. Rimbaud aux siens : « Je ne compte pas rester longtemps ici ; je saurai bientôt quand je partirai. Je n’ai pas trouvé ce que je présumais ; et je vis d’une façon fort ennuyeuse et sans profit ». Quand il ne trouve pas, le poète-explorateur ne renonce pas. Il se déplace. Cherche un nouveau point à partir duquel se diriger vers l’inconnu.

« Je n’ai pas trouvé ce que je présumais ». Que cherchait-il, à Harar, au mois de février 1881 ? A Charleville, en 1870 ? A Paris, en 1871 ? A Londres, Bruxelles et puis, dans les années qui suivent, loin, toujours plus loin ? Que cherchait-il, sinon « le lieu et la formule » ? Où ? A Charleville ? Roche ? Paris ? Bruxelles ? Londres ? Stuttgart ? Alexandrie ? Aden ? Harar ?

Ou sur la feuille blanche. Dans l’encre revêche. Une mansarde. Une grange. Un gourbis.

Où qu’il soit, quoi qu’il fasse, qui qu’il soit - poète, explorateur, négociant, photographe, géographe, trafiquant - Rimbaud est en recherche d’inconnu.

Poète ET explorateur ainsi qu’il est gravé sur la façade de sa maison natale à Charleville.

Dynamiteur d’espace.

<

Forum

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.