Les cahiers de Serge Bonnery

Accueil > En cour/s > Rimbaud > Traces (1)

Traces (1)

dimanche 17 décembre 2017, par Serge Bonnery

Dans le journal de Seb Menard, à la date du 30 octobre 2017, une citation d’un texte de Pierre Bergounioux intitulé Liber, daté de 1998 et publié sur remue.net. « … quand les choses qui exaltèrent Rimbaud (…) ont quitté le paysage, c’est aux livres qu’il appartient de prodiguer aux enfants leur dû imprescriptible d’image, d’errance, d’aventure, de beauté ».

Le paragraphe complet du texte de Pierre Bergounioux : « Des acceptions primitives du mot liber, un seule a survécu : le livre. Mais elle combine toutes les autres. C’est à la chose de papier de dispenser l’ivresse, la sève, la liberté que la réalité contemporaine a exilées. Il y a un goût amer au temps que nous vivons. Mais il contient, comme chacun des moments dont notre histoire est faite, une requête intemporelle. Il exige que nous tâchions à réaliser, quoiqu’il advienne, la forme entière de notre condition. Quand les choses qui exaltèrent Rimbaud, l’oiseleur, l’enfant-fée, ont déserté le paysage, c’est au livre qu’il appartient de prodiguer aux enfants leur dû imprescriptible d’images, d’errances, de rêves et de beauté. »

Dans le journal d’un affranchi d’André Rougier, à la date du 10 septembre 2017. « Imaginons Rimbaud déambulant dans le palais de Tokyo ». Une série de photos avec, pour légendes, des citations extraites de textes de Rimbaud.

Toujours dans le journal d’André Rougier, à la date du 1er décembre 2017, une référence à « nos chères ombres, Rimbaud, Pessoa ».

Sur son blog Silo, Lucien Suel met en ligne un entretien réalisé en 2001 au cours duquel il parle de ses lectures/écoutes de Jack Kerouac et Patti Smith. A propos de ses lectures de jeunesse qu’il évoque également dans ce texte, il déclare : « Les écrivains qui m’ont vraiment marqué sont dans la beat generation, Kerouac et Burroughs, dans le vingtième siècle français, Louis-Ferdinand Céline et Georges Bernanos, et dans le 19ème siècle, Joris-Karl Huysmans et Léon Bloy ; je peux ajouter le poète Arthur Rimbaud et tous ceux du mouvement dada. Je fais aussi un cas particulier des Chants de Maldoror, le livre qui a marqué ma jeunesse... »

< >

Forum

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.