Les cahiers de Serge Bonnery

Accueil > Ecriture/s > Phragmes > Dernier état

Dernier état

samedi 16 décembre 2017, par Serge Bonnery

Je déambule au milieu de formes inaccomplies que je tente de polir au mieux de mes capacités du moment. J’éprouve le sentiment d’une lutte inégale avec une matière dont l’écriture constituerait le dépassement. Rien n’est moins incertain que le dernier état du poème. L’idée de fini n’existe pas.

La nuit tombera tout à l’heure. C’est inéluctable.

Tu devrais laisser ce poème en l’état. C’est un parti que tu as du mal à prendre. Admettre l’impossibilité du finir. Tu devrais laisser ce poème in/fini et te dire, au terme de l’ouvrage : j’ai fait ce que j’ai pu.

Quelle que soit l’intensité de mon cri, le vent continuera de souffler.

Tu devrais être plus attentif à ce qui, autour de toi, demeure indifférent aux agitations de ton âme. Toute chose, au fond, impénétrable.

< >

Forum

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.