Les cahiers de Serge Bonnery

Accueil > Chantiers > Chroniques musicales > Rodolphe Burger en ses microsillons

Rodolphe Burger en ses microsillons

vendredi 23 juin 2017, par Serge Bonnery

Le rock ressemble à ces routes qui traversent les Etats-Unis en d’infinies lignes droites. On les appelle là-bas des « highways ». Il y a la mythique 51, la 61 revisitée par Bob Dylan en 1965 à grands coups de pierres qui roulent. Ces vastes espaces sont des lieux où l’on croise la perle rare, l’amitié indéfectible mais où l’on fait aussi l’expérience de la solitude et de la longue nuit.

Sur sa route, Rodolphe Burger creuse un microsillon nourri de rencontres et d’explorations. Il a croisé en chemin des musiciens avec qui il a fondé le groupe Kat Onoma, d’autres comme Alain Bashung devenu bien plus qu’un compagnon d’escapade, des poètes et des écrivains de tous horizons. Ces confrontations ont produit le « son » Rodolphe Burger. Une personnalité inclassable dans la galaxie rock. Quelque chose comme une étoile au scintillement subtil, à des années lumières des dangers de la standardisation.

Good - produit par son propre label Dernière Bande - est « seulement » le cinquième album d’un musicien qui n’encombre pas les bacs. Ce disque est encore une histoire de rencontres. Avec le batteur et percussionniste Christophe Calpini d’abord. C’est Bashung qui avait fait le lien. Burger avait travaillé sur Fantaisie Militaire et Calpini avait amené son duo électro Mobile in Motion sur L’Imprudence.

Rodolphe Burger carbure aussi à l’écriture. Good est un disque à forte imprégnation littéraire. Olivier Cadiot - romancier et parolier de Bashung, décidément… - est de la partie. Mais pas que. Par delà le temps, les langues, les frontières, sont invités à la table Samuel Beckett, E.E. Cummings, Pierre Alféri, T.S. Eliot, jusqu’à… Goethe. Rodolphe Burger partage avec tous ces artistes l’exigence de l’écriture et la volonté de créer du nouveau, trouver la trouvaille et limer les limailles du convenu. Ces mauvaises ondes qui nous colonisent et face auxquelles, heureusement, il y a… eux.


Good, de Rodolphe Burger. 1CD Dernière Bande.

<

Forum

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.