Les cahiers de Serge Bonnery

Accueil > Ecriture/s > Fragmes (esquisses) > Proses crépusculaires (en cours)

Proses crépusculaires (en cours)

mardi 20 juin 2017, par Serge Bonnery

Proses crépusculaires (1)

Des voix dans le lointain entonnent des vêpres visqueuses et vespérales. Un battement de cil. Un segment spasmodique. La toux lugubre des agonisants. Un hoquet. Des prières sourdes et la dispersion des lucioles. Demain exaspère la justice. Inutile et veine conversation amoureuse.

(1a)

Des voix dans le lointain résonnent. Ce sont des vêpres vespérales. Des prières que dérange la toux visqueuse des agonisants. Demain exaspère comme toute conversation amoureuse. Inutile. Vaine.

Proses crépusculaires (2)

Ma voix s’éteint. Le feu gagne. Une troupe s’avance silencieuse et roide. L’instant d’avant un canon tonnait sous la muraille. Il se passe - non il ne se passe rien - seul un murmure dans les gorges, un défilé de rives au rythme des remous et sur la place pavoisée les remugles. La ferraille qui tinte. Le manège incessant des mésanges qui boitent.

(2a)

Ma voix s’éteint. Le feu gagne. L’instant d’avant, un canon tonnait sous la muraille. Il se passe - ou plutôt non, il ne se passe rien - un murmure seul dans les gorges où la troupe s’avance. Les rives, elles, défilent. Sur la place pavoisée où l’on fête les vainqueurs, une vieille ferraille hésite face au manège des mésanges qui boitent.

< >

Forum

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.