Les cahiers de Serge Bonnery

Accueil > Révolution/s > Marx & marxisme > "L’homme n’est pas une abstraction"

"L’homme n’est pas une abstraction"

lundi 14 novembre 2016, par Serge Bonnery

§ Au printemps 1845, Marx entreprend une critique de la philosophie de Feuerbach. Il en ébauche les traits dans un texte connu sous le nom de Thèses sur Feuerbach qui se compose de onze paragraphes. Les lecteurs de Marx voient dans cet écrit une critique de l’idéalisme philosophique et surtout, la pose - en quelque sorte - de la première pierre de ce qui deviendra bientôt - avec le concept de pratique - la philosophie de la praxis telle que Gramsci la reprendra et la développera plus tard dans ses propres écrits et analyses.

§ « Le principal défaut… », selon Marx, du matérialisme de Feuerbach, réside dans le fait que « l’objet, la réalité, le monde sensible n’y sont saisis que sous la forme d’objet ou d’intuition mais non en tant qu’activité humaine concrète ». Marx pencherait, à cette époque, pour une approche plus pratique que subjective. Il reproche à Feuerbach de « ne pas comprendre l’importance de l’activité révolutionnaire en tant qu’activité pratique-critique ».

§ « C’est dans la pratique, dit Marx, que l’homme prouve la vérité ». Entendons qu’il doit, pour en vérifier la justesse, donner à la puissance de sa pensée « une réalité dans ce monde et pour notre temps ».

JPEG - 119.8 ko
Effet de rouge (1)

§ « Ce sont les hommes qui transforment les circonstances ».

§ Pour Marx en effet, « l’essence de l’homme n’est pas une abstraction ». L’essence est dans la réalité d’ensemble (le commun) que constituent les rapports sociaux. L’individu appartient à une forme sociale déterminée. Il n’est d’humain isolé, hors du monde.

§ L’activité humaine qui consiste à changer (transformer) les circonstances s’appelle la pratique révolutionnaire.

§ Le nouveau matérialisme, tel que Marx le définit dans sa critique de Feuerbach (contre, donc, le matérialisme intuitif de la société bourgeoise qui ne conçoit pas comme pratique l’activité des sens), réside dans « l’humanité socialisée ».

§ Les philosophes pensent le monde. Marx va plus loin : sans nier la nécessité de l’étudier pour le comprendre, il lui importe à terme de transformer le monde. Ici s’affirme une praxis qui assigne à la philosophie l’exigence de penser le monde en vue de sa transformation. Une philosophie… révolutionnaire.

>

Forum

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.