Les cahiers de Serge Bonnery

Accueil > Chantiers > Chroniques musicales > Fazil Say habite chez Mozart

Fazil Say habite chez Mozart

lundi 10 octobre 2016, par Serge Bonnery

La mineur, Do majeur, Fa majeur, Ré majeur, Si bémol majeur et Do mineur sont les six tonalités dans lesquelles Mozart a composé ses 18 sonates et sa fantaisie pour piano seul. Beaucoup d’interprètes ont donné au disque l’intégrale de ce corpus. Mais aucun, jusqu’ici, n’avait eu l’idée de les enregistrer en les regroupant selon leur identité tonale, se rangeant prudemment derrière le sacro-saint classement chronologique du catalogue Kochel.

Fazil Say s’y risque. Le pianiste et compositeur est connu pour être un musicien original et particulièrement créatif. Que ce soit dans Bach, Liszt ou Stravinsky, il aime surprendre. Pas par jeu ou espièglerie mais simplement pour faire entendre autrement les œuvres qu’il interprète. Cet enregistrement des sonates de Mozart « représente pour moi le travail le plus complet et le plus important dans ma vie d’interprète », confie-t-il dans le livret qui accompagne le coffret. C’est dire si, pour Fazil Say, cette intégrale devait se distinguer de ses rivales. « Mon objectif a été la recherche d’un certain naturel », indique le pianiste qui, quand il le joue, entend de Mozart « ses chants et poèmes, ses danses, ses bavardages et ses pures formes ».

La pureté de la phrase mozartienne hante l’esprit d’un grand nombre de musiciens. Fazil Say estime que cette musique « nécessite d’être assimilée par notre corps » afin de « la vivre et la respirer ».

Le pari, si osé soit-il, est une réussite. Les sonates sont rangées en six CD, un par tonalité. Le parcours débute avec la numéro 11 en La mineur, célèbre pour sa marche turque, un final dans lequel Fazil Say se sent chez lui mais pas seulement parce qu’il est lui-même turc, né à Ankara en 1970...

En réalité, Fazil Say est partout chez lui dans ces sonates. Il les a enregistrées à Salzbourg, dans la prestigieuse salle du Mozarteum, lieu hautement mozartien s’il en est. Et il ajoute y avoir travaillé « dans des conditions optimales ». Fazil Say habite chez Mozart. Mieux encore, il habite Mozart et nous invite à sa table.

Dès lors, on apprend beaucoup de l’art du compositeur à l’écoute de cette intégrale. Que Mozart, par exemple, a une dette envers les Italiens Scarlatti et Vivaldi mais qu’il a aussi lu avec attention les partitions de Rameau et Couperin. Qu’il sait se hisser au niveau de Haydn quand il le faut. Qu’il est capable d’innovations audacieuses, comme les variations du final de la sixième sonate annonçant la révolution beethovenienne.

Pour ajouter une note de couleur poétique à son interprétation, Fazil Say a attribué un surnom à chacune des œuvres - Forêt, Images de conte, Cuivres, Au-dessus des nuages - car elles lui rappellent parfois un souvenir quand elles ne sont pas la réminiscence d’un moment familier. Comme à la maison, en somme...


Mozart, intégrale des sonates pour piano par Fazil Say. Un coffret 6 CD Warner Classics.

< >

Forum

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.