Les cahiers de Serge Bonnery

Accueil > Poésie/s > Bob Dylan > Tout va bien pour Dylan et Clapton

Tout va bien pour Dylan et Clapton

mercredi 1er juin 2016, par Serge Bonnery

JPEG - 32 ko
Bob Dylan - Eric Clapton - Eté 1999

Pour paraphraser le titre de l’album de l’un des deux - I still do de Clapton -, ils « font » encore... Bob Dylan à 75 ans, Eric Clapton à 71 sont toujours là. Aussi infatigables qu’ils ont pu se révéler parfois insondables, juste pour maintenir la flamme.

En tout cas, force est de reconnaître aujourd’hui qu’ils n’ont jamais renié leurs premières amours, malgré quelques inévitables - et somme toute heureuses - digressions venues émailler leurs si longues carrières.

Avec Fallen Angels, Bob Dylan persiste dans l’univers de Franck Sinatra auquel il avait déjà consacré son précédent album, Shadows in the night. Les nostalgiques de l’écriture dylanienne se consoleront avec les arrangements de ces chansons typiques des années 40-50 que propose un band impeccable, celui-là même qui suit Dylan sur les routes du monde depuis les premières dates de l’incroyable Never ending tour.

Fallen Angels nous rappelle que Robert Zimmerman n’est pas né de rien. Il vient de Duluth, petite ville minière du Minnesota où, pour s’évader de dimanches obscurs, l’adolescent écoutait Franck Sinatra à la radio tout en rêvant de monter un jour son propre groupe de rock’n’roll.

Lorsqu’ aujourd’hui encore, on entend Dylan chanter Pancho and Lefty avec Willie Nelson (rendez-vous sur YouTube), on se dit que le parcours de l’artiste n’est pas fait de ruptures ni de reniements mais d’une fidélité sans faille à une longue tradition musicale dont Fallen Angels témoigne magnifiquement.

Même chose pour Clapton. Né du blues, il mourra dans le blues. Mais pour l’heure, le guitariste bien vivant continue à « faire », entre compositions personnelles et reprises dont, ici, I dream I saw Saint-Augustine de... qui ? Eh oui !

Tout, dans I still do, rappelle le bon vieux temps, du producteur Glyn Johns qui avait drivé les Who et supervisé le mythique Sticky Fingers des Stones, jusqu’à Peter Blake - l’illustrateur du non moins légendaire Sgt Pepper’s lonely hearts club band des Beatles - qui signe la pochette.

Dépositaires d’un héritage, Bob Dylan et Eric Clapton ont bien des fois partagé les mêmes scènes. On se souvient d’un duo au cours duquel leurs deux Stratocaster s’enlacèrent pour un Don’t think twice it’s allright d’anthologie. C’était l’été 1999, lors du concert inaugural du Crossroads Guitare Festival créé par Eric Clapton. La preuve en images :

Ce titre phare du Dylan de 1962 fournit une chute angélique à cette chronique : t’en fais pas, (pour eux) tout va bien !


Eric Clapton, I still do, 1CD Polydor.
Bob Dylan, Fallen Angels, 1CD Columbia.

< >

Forum

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.