Les cahiers de Serge Bonnery

Accueil > Ecrits Autres > Esquisses > Trop Baudelaire !

Trop Baudelaire !

mardi 12 avril 2016, par Serge Bonnery

passé chaque jour au réveil
devant le même ciel de voile

passé devant la même porte
demeurée poliment fermée

la moisissure sur le bois ronge le temps des éperviers
sur les épaves de la ville roule la tête dans les pieds

passée la course du soleil
étuvé le chant du désir
l’ombre s’écarte
il pleut
demain sera

évite
le rite
dites :
et le destin ?

épure
les mots
des mots sans
lendemain

Quand la nuit se nourrit de toute solitude
qu’elle tisse sa toile au creux de nos cerveaux

[tout barré et ce commentaire : trop Baudelaire !]

J’écoute la pluie sur ton ventre. Ma nuit se tourne vers la fenêtre que j’ouvre maintenant. Je cache les plaies de mon corps. Je me plais à défaire mon âme des nœuds qui la retiennent à la main du hasard.

Mais que sait l’univers du drame ?
Aragon

J’entends passer le train de onze heures peut-être à moins que le regard des aiguilles me trompe
où es-tu quand le vent efface le silence
et que le glas sonne ?

[Chanson]

le cœur bat
il s’étonne
plus rien ne va
la pendule tâtonne
a-t-elle ou non changé d’avis ?
qu’importe le son qu’elle sonne
elle n’a plus peur de personne
du moment qu’elle dit oui

une blanche rumeur épaissit l’horizon

< >

Forum

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.