Les cahiers de Serge Bonnery

Accueil > Chantiers > Journal hétéroclite > Pas une goutte d’air

Pas une goutte d’air

lundi 22 février 2016, par Serge Bonnery

Avec Parade Sauvage (éditions Verdier) dont je viens de terminer la lecture, Jean-Jacques Salgon plonge dans la question des origines. D’où nous venons, je crois, est plus important à connaître que les sempiternelles méditations sur notre devenir. Ce qui nous sera donné le sera par surcroît au regard du peu que nous aurons réussi à construire.

J’ignore si je serai sauvé dans la fin des temps et m’occupe de manière à mes yeux plus urgente de sauver ce que je puis du temps présent en le consignant ici, lui donnant la forme simple du poème ou de la prose, de l’image parfois quand il m’arrive d’avoir recours à la photographie ou donner de la voix pour dire les mots qui me touchent, me heurtent et me dévient de ma trajectoire pour mieux m’indiquer le chemin.

Il fait silence. Le temps est radieux. Pas une goutte d’air, comme je l’ai si joliment entendu ce matin tandis que nous déambulions sur le marché aux puces, entre les étalages. Et tout soudain est suspendu, comme dans l’attente d’une advenue.

J’ai ouvert grandes les baies du bureau pour que l’air pénètre dans la pièce. Je baigne dans la douce lumière de cet hiver sans nom.

< >

Forum

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.