Les cahiers de Serge Bonnery

Accueil > Journalier/s > Le blog/journal (archives) > A l’assaut des frontières

A l’assaut des frontières

jeudi 6 août 2015, par Serge Bonnery

[La question de « l’étranger » est cette année au cœur du Banquet du livre de Lagrasse. En résonance avec l’actualité des attentats terroristes et du drame des migrants.
Le Banquet débute aujourd’hui avec le séminaire de philosophie de Gilles Hanus et se déroule jusqu’au 14 août. Le programme complet est ici.]

JPEG - 56.9 ko
Tous les jours à 12 h 30, rendez-vous avec Patrick Boucheron pour ses Conversations sur l’Histoire.

Ce qui nous est étranger : selon Dominique Bondu, directeur de la Maison du Banquet et des Générations, le thème du Banquet du livre de Lagrasse s’imposait. « D’abord parce que la question du “nous” qui était au cœur du débat en 2014 contenait, en creux, une interrogation sur ce qui est extérieur à ce “nous”, autrement dit sur l’altérité », explique-t-il.

Les attentats de janvier à Charlie Hebdo et à l’Hyper Casher, suivis par ceux perpétrés en Tunisie, n’ont fait que renforcer, selon lui, la nécessité de réfléchir à la notion d’« étranger ». « Les événements de janvier témoignent de la montée d’un islam politique en France », analyse Dominique Bondu. Mais le Banquet ne s’en tiendra pas à ce seul constat. « Il y a aussi la situation des migrants en Méditerranée et dans le monde qui montre que notre vieille Europe n’est pas prête à affronter cette réalité ».

Ce n’est pas un hasard si l’ouverture des rencontres, samedi 8 août, a été confiée au sociologue Alain Tarrius, spécialiste des migrations. « Symboliquement, donner la parole à Alain Tarrius en ouverture du Banquet montre l’importance que nous accordons à cette question des migrants », confirme Dominique Bondu. « Alain Tarrius parlera de ces populations qui n’ont de place nulle part, ces étrangers de passage, victimes collatérales de la mondialisation ».

De quelle manière le Banquet posera-t-il ensuite la question inévitable de l’islam politique ? « Absolument pas de manière polémique ou passionnelle », affirme Dominique Bondu pour qui il est important de « garder la bonne distance que requiert ce sujet sensible ». Les philosophes Souad Ayada et Christian Jambet ainsi que l’historien Julien Loiseau se succéderont pour illustrer tour à tour le rapport de l’islam à l’art, à la philosophie et au pouvoir. « Nous montrerons, espère Dominique Bondu, la complexité de la question de l’islam, sans refuser un regard critique mais en échappant au jeu des opinions toutes faites ».

Le Banquet, enfin, s’intéressera à « l’étranger » dans un sens large. « N’oublions pas, prévient le directeur, la part d’étranger qui est en nous ». Et que « l’objet de la littérature est de nous mener vers cet inconnu ».

Avec son « Je est un autre », Rimbaud demeure notre contemporain. Comme Kafka pour qui la littérature était « assaut des frontières ».

< >

Forum

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.