Les cahiers de Serge Bonnery

Accueil > Chantier/s > L’aumône spirituelle > Lettre sur l’Amour (1)

Lettre sur l’Amour (1)

vendredi 8 mai 2015, par Serge Bonnery

(paraphrase et notes sur la première épître de Jean)

Une Trinité I (1 Jn 1 - 1,5)

Ils ont entendue. Vue de leurs yeux. Contemplée. Touchée de leurs mains. Ces hommes savent que la Vie s’est manifestée car ils ont vu la Vie, de leurs yeux, ils l’ont contemplée, suivie sur des chemins de poussière et de caillasses, ils l’ont touchée comme tant, dans l’espérance d’une guérison.

Et l’ayant vue, de leurs yeux, entendue, touchée, de leurs mains qui devaient être des mains calleuses, aux ongles salis par la terre fraîchement retournée, ceux là maintenant en rendent témoignage. Et nous les entendons, à notre tour, annoncer cette Vie éternelle dont nous ne savons rien sinon que ceux qui nous en parlent aujourd’hui l’ont entendue, vue, de leurs yeux, touchée, de leurs mains osseuses, aux articulations saillantes, des mains de travailleurs voués à la besogne.

Aujourd’hui, ces témoins, nous les lisons. Ce qu’ils ont entendu, vu de leurs yeux et touché de leurs mains, ils nous l’ont écrit pour que leur joie soit complète et - imaginons - pour nous remplir à notre tour de la joie d’avoir vu, entendu et touché la Vie.

Le message de Jean est immense. Il n’a ni commencement ni fin. Il est comme l’univers. Il n’a ni haut, ni bas. Ni points cardinaux. Rien, dans l’espace, ne le délimite. Et le temps ne l’arrête pas. Le message de Jean n’a pas de terme. Il Est.

A lui seul, le message de Jean est un livre dont les pages seraient impossibles à dénombrer. Et pourtant, il tient en trois mots. Le voici :

Dieu est lumière, en lui point de ténèbres

Dieu, lumière, ténèbres : le message de Jean contient tout. Jean aurait pu ne rien ajouter. Laisser chacun de nous s’approprier cette trinité : Dieu, lumière, ténèbres et méditer sans fin sur sa portée infinie. Mais Jean nous accompagne. Il nous met sur la voie et les paroles de Jean sont d’un grand secours pour qui s’égare. Si nous disons que nous sommes en communion avec Lui, explique Jean, alors que nous marchons dans les ténèbres, ajoute-t-il, alors nous mentons, nous ne gardons pas la vérité.

Jean est clair dans son propos sur Dieu. Soit nous sommes en communion avec Lui et nous marchons dans sa lumière, soit nous marchons dans les ténèbres et nous mentons. Il n’y a pas d’alternative. Le dualisme de Jean tel qu’il s’exprime dans cette première épître est un dualisme absolu. Celui-là même sur lequel les cathares du Languedoc bâtiront leur doctrine, aux XIIe et XIIIe siècles. La lumière ou les ténèbres, la vérité ou le mensonge, dieu ou le diable : pas les deux.

Jean nous aide ici à voir le Chemin tel que lui l’a vu. C’est un chemin de lumière qui s’ouvre devant nous, nous dit Jean. Et nous devons nous tenir sur ce chemin si nous voulons servir la vérité et la Vie. Ne jamais le quitter ou si, l’ayant perdu par accident, ne plus être mû que par le désir de le retrouver.

Jean nous montre le chemin que Jésus lui avait montré. Jean l’a vu, entendu, touché de ses mains. Et il nous le dit : le chemin, c’est Lui.

Le texte (1 Jn 1 - 1,5)

Ce qui était dès le commencement, ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé, ce que nos mains ont touché du Verbe de vie ;

(car la Vie s’est manifestée : nous l’avons vue, nous en rendons témoignage et nous vous annonçons cette Vie éternelle, qui était tournée vers le Père et qui nous est apparue)

ce que nous avons vu et entendu, nous vous l’annonçons, afin que vous aussi soyez en communion avec nous. Quant à notre communion, elle est avec le Père et avec son fils Jésus-Christ.

Tout ceci, nous vous l’écrivons pour que notre joie soit complète.

Or voici le message que nous avons entendu de lui et que nous vous annonçons : Dieu est lumière, en lui point de ténèbres.


Le texte biblique est celui de la Bible de Jérusalem (Les éditions du Cerf, 1998).

< >

Forum

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.