Les cahiers de Serge Bonnery

Accueil > Lectures > Anthologie > Paul Eluard : La terre est bleue...

Paul Eluard : La terre est bleue...

samedi 17 janvier 2015, par Serge Bonnery

De tous les poèmes de Paul Eluard, celui qui porte le numéro VII du recueil L’amour la poésie est, après Liberté, le plus célèbre. Mais on n’en a retenu généralement que le premier vers - « La terre est bleue comme une orange » - où le poète, répondant à l’injonction de Rimbaud, se fait voyant.

Au moment où, en effet, Eluard écrit ce poème (la fin des années 20), nul homme ne s’est encore positionné en orbite terrestre pour observer la planète Terre dans sa totalité. Il faudra attendre le début des années 60 avec le cosmonaute soviétique Youri Gagarine, mais surtout les missions Apollo lancées par la NASA et la marche sur la lune de Neil Armstrong en 1969 pour posséder la preuve photographique de la véracité du propos. Vue de là-haut, la terre est bleue, enveloppée dans sa bulle d’oxygène, comme une orange, d’une parfaite rotondité. Le poète avait vu juste. Il le savait déjà, puisque le second vers de son poème proclame : « Jamais une erreur les mots ne mentent pas » !

Ce vers programmatique est au fondement de toute poésie. Il est la poésie même. Les mots ne mentent pas, c’est-à-dire qu’en poésie, ils sont premiers, comme seuls au monde. Libérés de toute contrainte de sens, ils libèrent à leur tour leur pouvoir infini de représentation.

Le travail du poète consiste à trouver les mots qui ne mentent pas et ne peuvent tromper. Les mots dans leur pureté et leur absolu. Trouver, trobar : des poètes médiévaux occitans avaient en leur temps lancé cette quête. Eluard en fut un immense continuateur. Elle ne sera jamais terminée...

La terre est bleue comme une orange
Jamais une erreur les mots ne mentent pas
Ils ne vous donnent plus à chanter
Au tour des baisers de s’entendre
Les fous et les amours
Elle sa bouche d’alliance
Tous les secrets tous les sourires
Et quels vêtements d’indulgence
À la croire toute nue.
Les guêpes fleurissent vert
L’aube se passe autour du cou
Un collier de fenêtres
Des ailes couvrent les feuilles
Tu as toutes les joies solaires
Tout le soleil sur la terre
Sur les chemins de ta beauté.

< >

Forum

Messages

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.