Les cahiers de Serge Bonnery

Accueil > Ecriture/s > Ratures > Défense d’entrer

Défense d’entrer

mardi 30 décembre 2014, par Serge Bonnery

Il n’y a pas de fin seulement une parenthèse
Un souffle d’air le long d’un front de mer
Une glace sans tain une statue d’airain

Tout acte est vain s’il n’est donné à la parole
L’indéterminé aspire au silence

Voici l’hiver des peurs et des incertitudes : l’hiver
le plein hiver des mondes à l’envers
Et dans l’entité nue de chaque chose l’hiver des peurs
de l’inconnu
L’hiver des peurs et de l’inconnaissable : le plein hiver
Voici l’hiver des mondes

Perles de pleurs
Dans le rebours du temps

Plus haute que toute clairvoyance
toute joie en mer s’abîme et se confond

Se sont évanouies les peurs des hommes en attente

Désormais le soleil peut paraître
Il a relâché son étreinte

Le poids qui nous portait s’est allégé de sa présence
Beauté qui tant voulait survivre à la clarté du jour

Et la condamnation qui nous est faite ici de disparaître avant que de renaître sous une forme
informe et transparente
que nul d’entre nous n’a choisie

Jamais de signe
aux lèvres de celui qui n’a cessé de chanter du haut des tours de son château
la beauté et l’amour

Mais son château n’est plus que ruines

Or que son chant demeure
dans le souffle du vent

Un seul regard suffit à balayer les tempes des nuages

< >

Forum

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.