Les cahiers de Serge Bonnery

Accueil > Chantier/s > L’aube spirituelle > Dieu n’est pas raisonnable

Dieu n’est pas raisonnable

lundi 1er décembre 2014, par Serge Bonnery

[Charité]

« L’unique objet de l’Ecriture est la charité. » Blaise Pascal.

C’est par la fréquentation quotidienne de l’Ecriture que j’apprends à aimer Dieu. Quand on aime quelqu’un, on a envie d’être auprès de lui, avec lui. On a envie de partager des moments avec lui. D’être en conversation. Lire l’Ecriture, c’est se mettre en présence de Dieu. Se mettre en situation de L’aimer. Se rendre disponible pour cet amour qui est bien plus grand que tout l’amour qui se puisse imaginer.

C’est pourquoi la foi n’est pas affaire de raison.

[La foi]

Pascal, encore. « La foi est différente de la preuve : l’une est humaine, l’autre est don de Dieu. »

Reprenons : preuve/humaine. Foi/don de Dieu.

La foi ne dépend pas de nous. Je ne puis que me mettre en situation de la recevoir de Celui qui la donne. Je ne puis que me rendre disponible, ainsi que nous l’enseigne le temps de l’Avent : « Veillez ! ».

Mais ce qui m’a été donné peut m’être à tout moment retiré. Recevoir la foi n’est pas un acte définitif. Que faire lorsque je l’ai reçue : demeurer les bras croisés ? Afficher mon contentement ? M’endormir ? Je dois au contraire tout mettre en œuvre pour conserver la foi qui m’a été confiée car il s’agit désormais de mon bien le plus précieux.

Comment ferais-je avec mon bien le plus prcieux ? Le laisserais-je perdre de sa valeur ? De sa vigueur ? De sa force ? Ou bien l’entretiendrais-je afin de le conserver dans toute sa plénitude ?

Ainsi de la foi. Une fois que je l’ai reçue, une fois qu’elle m’a été donnée, je dois vivre selon elle, veiller à l’alimenter de mon travail, de mes lectures, de mes méditations, de ne pas l’altérer par un comportement dans le monde contraire à ses valeurs ; je dois veiller à la conserver vivante dans mon cœur, à ne pas m’en détourner.

[Le cœur]

Il y a peut-être mille et une manières de connaître Dieu. Peut-être mille et une manières de le trouver. Mille et un chemins pour l’approcher. Mais (Blaise Pascal) « on ne peut trouver Dieu que si on le cherche de tout son cœur. »

Pascal distingue le cœur et la raison sans toutefois les opposer. « Nous connaissons la vérité non seulement par la raison, mais encore par le cœur », écrit-il dans ses Pensées. Les deux voies sont distinctes et valables toutes les deux. Nous avons besoin de chacune de ces voies car tantôt nous pouvons emprunter l’une, tantôt l’autre. Dieu fait ainsi, selon Pascal : « La conduite de Dieu (...) est de mettre la religion dans l’esprit par la raison et dans le cœur par la grâce. »

Esprit-raison / Cœur-grâce.

La science n’étudie pas Dieu mais l’œuvre de Dieu, ce qui n’est pas la même chose. Car Dieu est plus grand que son œuvre. De fait, connaître l’oeuvre de Dieu n’est pas connaître Dieu tout entier.

Suis-je en mesure de connaître Dieu ou dois-je me satisfaire de ne connaître que son œuvre ? Il semble qu’il y ait en nous une aspiration à connaître Dieu indépendamment de son œuvre. Nous ne sommes pas tous des hommes de science mais l’accès à Dieu ne nous est pas pour autant fermé.

Blaise Pascal (fragment 680 selon la numérotation de l’édition Sellier) :

« C’est le cœur qui sent Dieu, et non la raison : voilà ce que c’est que la foi. Dieu sensible au cœur, non à la raison. Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît point : on le sait en mille choses. »

Dieu n’est pas raisonnable.

< >

Forum

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.