Les cahiers de Serge Bonnery

Accueil > Le génie d’Oc > Joë Bousquet > Feuillets volants (extraits & inédits) > Sur Jean Camberoque

Sur Jean Camberoque

dimanche 16 novembre 2014, par Serge Bonnery

Dans cet extrait d’un cahier inédit daté de 1946, Joë Bousquet évoque le peintre carcassonnais Jean Camberoque qui a réalisé des portraits de Joë Bousquet ainsi qu’une gravure utilisée notamment pour la première édition de La Connaissance du Soir dans la collection Poésie-Gallimard.

Jean Camberoque a fréquenté assidûment la chambre de Joë Bousquet jusqu’à la mort du poète en 1950. Il a également réalisé plusieurs toiles évoquant les lieux de Joë Bousquet dans le département de l’Aude : Villalier (où était l’Evêché, propriété viticole de la famille), Marseillens (demeure d’enfance aux portes de Carcassonne), Lapalme (résidence d’été en bord de mer, près de La Franqui où Bousquet séjourna également)...

« En attendant la dame blanche. Un peintre très jeune a compris son art en illustrant un de mes livres. Puis il a entrepris mon portrait, d’année en année l’a rendu plus admirable. Personne ne reconnaissait l’homme qu’il avait pris pour modèle ; et moi non plus, je ne voyais pas mon image dans le poète au grand front que l’artiste avait fait si beau, je la voyais avec stupeur dans les traits mêmes de ce jeune camarade qui s’était mis à me ressembler. Cameroque, en s’efforçant de reproduire mes traits a peint la face d’un étranger, mais cet étranger n’était un inconnu pour personne »…

< >

Forum

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.