Les cahiers de Serge Bonnery

Accueil > Ecriture/s > Fragmes (esquisses) > Petite suite métallique

Petite suite métallique

vendredi 13 juin 2014, par Serge Bonnery

I

Nous avions quitté la maison aux voûtes décorées de peintures énigmatiques. Jadis, elle avait été habitée par un homme que son voisinage suspectait d’activités occultes. On m’avait dit qu’il recueillait la nuit aux abattoirs le sang des bœufs sacrifiés pour arroser ses orangers faméliques. Nous longions les façades privées de lumière. Sa main tremblait sur le bras que je lui avais offert. Je pressentais que le jour se déroberait dès que nous aurions franchi le porche de la demeure inhabitée dont je croyais détenir la clé.

II

L’aile du cygne. Voile amont. Il a tant voyagé qu’il n’ose plus. Le reste de ses jours n’est plus à vivre. Sur son visage, lire est mensonge ou nuit rêvée.

Partir selon. Le nuage. La mer. L’état du lieu.
Partir selon le temps. Ouvrir les pages. Partir. Le pain suffit.

La ville, enfin. Où vivre est jeu. La rue au hasard. Ses ruées. La main passe. Le pain ne suffit plus. Il faut l’ivresse. Partir selon. De nulle part.

Te voici mu par le mot acceptable. Fouillant le nom.
Demain, ravaudera la fêlure. Il sera temps, le calme revenu.
Vivre en paix. Sans note. Rien.
Un cheval. Un matin.

JPEG - 42.8 ko
Ombre en croix - Photo Roman Bonnery

III

Marges margelles sages vases savants sauvages
Derrière la colline
Quel inconnu guette
Silence aux portes
Mieux valut terre que ciel de brume
Taire l’astre soleil sous séquestre
Halo de lumière laiteuse
Halo sentier
Haro sur le halo
Chemin tournant
Vague de feu
Mission impossible
Sous quelle parole vivre
Quel aboiement
A quel prisme lire le monde
Jetés à bas parmi les pierres
Prions
Etoiles échevelées de novembre à moindre distance
La fragilité de l’argile
Ceindre l’écharpe du désir
Atteindre au vœu du soir

< >

Forum

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.