Les cahiers de Serge Bonnery

Accueil > Poésie/s > Le génie d’Oc > Letras > Deux vies à écrire

Deux vies à écrire

jeudi 16 janvier 2014, par Serge Bonnery


Il ne suffit pas d’une vie pour faire un monde, mais une vie consacrée à le rendre meilleur est sans prix. Celle d’Yves Rouquette et Marie Rouanet en témoigne. Une vie de ’paratge’, vouée au militantisme et à ce que Dieu a donné de plus précieux à sa créature : la langue.

L’exposition que les musées de Béziers ont consacrée au couple d’écrivains dessine le parcours de deux personnes unies par un destin commun, et dont l’engagement pour l’occitan n’est que la partie visible. Les fruits partagés de leurs jardins intimes ne manquent pas : la chanson, Marie à la guitare, Yves aux manettes du label Ventadorn où les Marti, La Sauze, Mans de Breish, Patric et tant d’autres trouvèrent un toit sûr contre les pluies acides du show bizz. La chanson donc, la poésie aussi et toutes ces histoires enfin qu’on se raconte, qui remplissent des cahiers jusqu’à former des livres pleins.

Convictions. On sait les chemins d’écriture de l’un et de l’autre, en français comme en occitan. Ces chemins passent par des lieux. Béziers, la ville de Marie, la rue du Général-Crouzat. La Serre en Aveyron, le pays d’Yves. La Mer qui, pour la famille, a nom Cap d’Agde. Celui d’avant la mission Racine et l’entêtement sournois de quelques imbéciles à faire de nos côtes le bronze cul de l’Europe, ce contre quoi Yves Rouquette et Marie Rouanet, entre autres, se sont battus.

Ce combat, il a pris une dimension universelle le 18 août 1974 sur le plateau du Larzac, contre l’extension du camp militaire. Ce jour-là, Marie chantait sur une estrade à tous les vents. Les enfants, Laurent et François, étaient là, épaule contre épaule. Et ’Gardarem lo Larzac’ allait devenir un cri de ralliement pour bien des causes. Bien sûr, le temps a passé. Mais les convictions demeurent. Intactes. Et pure, la foi.

Instant privilégié où l’on mesure l’accompli quand le soleil poursuit, inexorable, sa course dans le ciel : tel est le propos de cette exposition où l’on découvre Yves et Marie dans la compagnie heureuse d’artistes amis. Dans le même élan, les mots, ceux du poème ininterrompu et qui ne semble pas devoir toucher à sa fin, accompagnent le visiteur. "Dehors est le pays. Ce n’est pas l’ombre qui m’épouvante, mais l’intérieur du crâne de l’homme seul...", écrit gravement Yves Rouquette. "Il y aurait la maison dressée sur les collines, Notre pays à la hauteur de l’œil, (...) Toutes ses combes, ses plateaux Où il vient, si près du ciel, L’envie de s’envoler comme un oiseau...", rêve Marie Rouanet. Yves, alors, reprend : "Le déferlement des secondes dans les siècles des siècles et dans mon corps mortel ne m’épouvante plus". Et pour cause. "A dos", ensemble, Marie et Yves ont inventé l’éternité.

Dans leurs regards croisés

Peintres, sculpteurs, photographes : Yves Rouquette et Marie Rouanet vivent depuis toujours dans le compagnonnage d’artistes amis. Sept d’entre eux sont présents dans l’exposition qui occupe trois lieux du centre historique de Béziers : le musée du Biterrois, l’hôtel Fabregat et l’hôtel Fayet.

Au milieu des objets et des images qui illustrent le parcours biographique du couple, le visiteur découvre des œuvres de Claude Abad (peintre), Michel Cans (vidéo), Claude Baillon (maître verrier), René Biosca (peintre, illustrateur), Patrick Divaret (sculpteur), Pierre François (peintre), Géraldine Garçon (peintre) et Jean-Claude Martinez (photographe). Toutes témoignent d’un goût sûr et d’une curiosité vivifiante. C’est que, chez les Rouquette, on vit toutes fenêtres ouvertes.

On sait que "l’Occitanie est le pays des deux mers". Et que "les Occitans ont besoin de respirer l’air du large". Car "rien n’est pire que l’enfermement sur soi, sa culture, son passé, ses nostalgies". Rien, dans l’exposition, ne cultive ces vieilles lunes. Ce qui lève, ici, sous leurs regards croisés, c’est un soleil. Toujours recommencé.

< >

Forum

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.